Elle fait partie des deux finalistes choisis par les militants pour le 2nd Tour de la primaire écologiste. La député européenne, proche de Nicolas Hulot est l'invitée de Léa Salamé

Michèle Rivasi, procès des faucheurs volontaires à Privas - septembre 2016
Michèle Rivasi, procès des faucheurs volontaires à Privas - septembre 2016 © Maxppp / Patrick Gardin/Wostok Press

Quelle ligne politique pour la candidate ? Avant tout l'écologie politique, un mouvement qu'elle estime n'être "ni de droite ni de gauche" mais "indépendant".

Pour Michele Rivasi, il faut suivre l'exemple allemand, une écologie qui permet de créer largement des emplois. "L'avenir, c'est à la fois la protection de la planète et la protection des gens", explique-t-elle. Mais pour ça, il faut pouvoir appliquer les mesures réclamées par les écologistes. "On n'a pas fermé une seule centrale nucléaire, on n'a pas appliqué la taxe poids-lourds... Ce gouvernement n'a respecté aucun des engagements [envers EELV]"

Sur la question des migrants de la "jungle" de Calais, elle assure qu'on peut sans problème répartir 10.000 personnes dans les communes de France. Quitte à forcer la main à certains maires ? "Je préfèrerais qu'ils soient volontaires. Il y a plein de maires qui sont prêts à recevoir des familles et ça se passe très bien."

Une situation qui nécessite de toute façon de résoudre la crise en Syrie. "Nous sommes co-responsables. Regardez ce qu'ont fait les États-Unis en Irak. Il faut une pression internationale et de nouvelles sanctions contre la Russie", pour stopper les bombardements à Alep, dont elle a récemment rencontré le maire.

► REGARDER | L'interview complète en vidéo

Les invités

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.