La journaliste et auteure de "Le dernier roi soleil" aux éditions Fayard est l'invitée de Frédéric Métézeau

Décédé à 24 heures d'écart avec Johnny Hallyday, Jean d'Ormesson était "aussi populaire" que l'idole des jeunes, affirme ce mercredi la journaliste Sophie des Déserts. Au micro de Frédéric Métézeau, elle revient sur la vie de l'académicien à la vie peu commune, cet aristocrate adoré des Français qui riait de lui même parce qu'il ne savait "rien faire". Si Jean d'Ormesson était si lu, explique Sophie des Déserts, c'est principalement parce qu'il abordait, dans ses livres "où l'on trouvait plus de questions que de réponses", des thèmes philosophiques universels.

Un personnage qui a tellement fait parler de lui qu'en faire la biographie n'était pas une mince affaire. Pour la journaliste Sophie des Déserts, la principale difficulté a été de distinguer la vérité du personnage que s'était créé Jean d'Ormesson, lui qui admet de lui même "'avoir beaucoup menti", "beaucoup joué avec la vérité".

S'il y a un aspect sur lequel il n'a en revanche jamais menti, et "ses lecteurs les plus attentifs le savent", c'est sur sa vie amoureuse peu commune, sur son amour des femmes et sur la double vie qu'il a mené de front, entre sa femme et son éditrice, les deux allant jusqu'à l'accompagner en commun. 

Un mode de vie "très XVIIIe siècle", très semblable à celui de François Mitterrand, dont il était essentiel de parler, justifie Sophie des Déserts, pour comprendre Jean d'Ormesson.

Aller plus loin 

📖 La biographie de Jean d'Ormesson par Sophie des Déserts : qu'en pensent les critiques du "Masque & la Plume" ?

Légende du visuel principal:
Sophie des Déserts, journaliste et auteure © capture d'écran
Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.