A l'occasion de la Conférence Internationale sur le Sida, Pierre Weill reçoit le Professeur Pierre-Marie Girard, spécialiste du Sida

Pierre-Marie Girard a tenu à rappeler que l’épidémie n’est pas encore contrôlée. "La priorité, dit-il, est que les patients sachent qu’ils sont séropositifs. Des efforts ont été faits, des programmes ont été mis en place notamment en Afrique subsaharienne." Pour rappel, dans le monde, un million de personnes sont mortes de maladies liées au Sida en 2016. L'épidémie touche 150 000 Français, 30 000 qui l'ignorent.

On n’oppose plus traitement et prévention

Lorsqu’un patient est bien traité, la transmission du virus est "quasi négligeable", a souligné le professeur. Pierre-Marie Girard a ajouté que "la circoncision était un moyen efficace. Il a été montré que les hommes circoncis ont moins de chance d’attraper le virus, de l’ordre de 60% de réduction." Et le vaccin ? Il reste des zones d’ombre, concède-t-il, sur la meilleure manière de se protéger.

L’argent américain est essentiel pour la recherche

La menace de Donald Trump de diminuer le financement américain de la recherche a été au cœur des discussions lors de la Conférence Internationale sur le Sida, a reconnu le spécialiste. "Ilmanque 7 à 8 milliards d'euros pour atteindre l'objectif de l'OMS : contrôler l'épidémie d'ici 2030. Si Trump bloque en plus son financement, ce serait catastrophique." Pierre-Marie Girard attend donc des actes rassurant de la part de Washington.

Les invités
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.