Bruno Retailleau est l'invité de Léa Salamé à 7h50.

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, estime que la visite d'Emmanuel Macron faite au pape ce mardi, tradition établie chez les présidents de la République Française, est une bonne chose : "C'est un attribut qui marque une sorte de déférence à l'égard du Pape, qui est aussi un chef d'état (...) c'est la continuité historique, et Macron ne veut pas rompre cette chaîne du temps."

Néanmoins le sénateur de Vendée estime aussi qu'il "reste à Macron à faire le grand discours à la laïcité" : "Le propos tenu au congrès américain sur le multiculturalisme nous a interpellé."

Sur la laïcité et l'islam  

L'islam a trop souffert d'une monopolisation de ses relations avec l'état à travers quelques grandes mosquées . Cela permet des interlocuteurs diversifiés et renouvelés" estime Bruno Retailleau qui veut "que la loi 1905 soit respectée."

Quand à la crise migratoire, elle estime qu 'on traite trop souvent les conséquences alors qu'on devrait traiter les causes, reconstruire les dégâts que nous avons fait en Libye doubler ou tripler les moyens de Frontex et faire le blocus en Méditerranée" :

Sur les critiques de Macron à l'égard de l'Italie : "Trop souvent la morale de Macron consiste à faire la morale aux autres" .

Et sur la proposition de hausse du Smic faite sur France Inter par un membre de sa famille politique, Guillaume Peltier : "Il y a une tentation de ma famille d'être anti-libéral" mais il prévient "si on ne se redéfinit pas, on ne nous entendra pas." 

Légende du visuel principal:
Bruno Retailleau © AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.