Le Général Richard Lizurey, Directeur général de la Gendarmerie nationale, réagit à la mort du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, tué lors de l'attaque terroriste du supermarché de Trèbes (Aude), alors qu'il avait échangé sa place contre celle d'une otage.

Le Général Richard Lizurey explique qu'il a ressenti, après les attaques perpétrées dans l'Aude, "une grande tristesse", mais aussi "un sentiment de solidarité avec tous les Français face à la menace terroriste."   

Tous les jours, des gendarmes et policiers prennent des risques, tous les jours 20 gendarmes sont blessés lors des opérations

Etre gendarme, "au quotidien, c'est un métier dangereux, mais c'est aussi un métier humain, qui visent à protéger les autres" poursuit Le Général Lizurey : "La décision d'Arnaud Beltrame est une décision individuelle (...) Dans notre métier, il y a les directives, les standards, les procédures, et l'initiative individuelle. Un gendarme a quelques secondes pour prendre la bonne décision."

Dans notre métier, il n'est pas possible de tout écrire, c'est l'engagement de l'individu qui fait la différence

"Après 23 ans de service, c'était un officier brillant", dit-il encore d'Arnaud Beltrame :

"La menace terroriste est omniprésente, c'est un état de fait", explique encore le Général Lizurey : 

"Nous avons durci, équipé les personnels, pour qu'ils puissent réagir et se défendre (...) A Trèbes, en vingt minutes, il y avait quelqu'un sur place, cette réactivité a permis de limiter le nombre de victimes."     

Comment suivre les fichés 'S' et les empêcher de passer à l'acte ? "Ce n'est pas un problème de moyens, [Radouane Lakdim] était suivi, mais à un moment donné, [il y a ] un passage a l'acte impossible à détecter."  

Sur Stéphane Poussier, candidat de La France insoumise aux législatives dans le Calvados, qui avait publié deux tweets faisant l'apologie du terrorisme et se félicitant du décès du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame : "Nous ne partageons pas les mêmes valeurs : il doit quand même se rappeler que le jour ou il aura besoin de nous, on sera là, malgré tout. "  

Sur le soutien des Français, nombreux à avoir rendu hommage aux gendarmes ce week-end : "C'est rassurant, car ça montre aussi que notre société est capable, à la faveur d'un acte de ce type, de reprendre le dessus et de montrer sa détermination".

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.