Nicolas Dupont-Aignan, député "Debout la France" de l'Essonne est l'invité de Léa Salamé à 7h50.

Nicolas Dupont-Aignan nous donne son avis sur la fusion "Alstom-Siemens" prévue aujourd'hui. Le constructeur ferroviaire "Alstom" va-t-il perdre son identité nationale ?

"Ce n'est pas un Airbus ferroviaire. Airbus est une magnifique réalisation (...) il n'y a pas la domination d'une entreprise sur une autre. Là c'est une immense escroquerie organisée par l'État, qui va mettre Alstom Transports, l'un des fleurons français , sous la domination complète de Siemens ".

A chaque fois on passe sous contrôle étranger(...) il n'y a eu que mensonges sur mensonges

"Comme par hasard, toutes ces acquisitions sont organisées par la banque Rotschild, dans laquelle travaillait le président de la République, c'est le conflit d'intérêt au sommet qui continue" avance Nicolas Dupont-Aignan.

Cela permettra à Siemens, sans dépenser un centime, de devenir propriétaire de notre technologie, de nos brevets

"Je ne suis pas hostile à la constitution de groupe européen. En revanche quand on constitue un groupe européen, (...) il n'y a pas une entreprise qui domine l'autre, on ne donne pas touts nos intérêts (alors qu'Alstom transports a plus de commandes que Siemens)".

C'est un abandon en rase campagne des intérêts financiers

"Je m'insurge contre un président de la République qui a travaillé dans une banque privée, et qui laisse Rothschild jouer au Mecano industriel" estime le député "Debout la France".

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.