Pour l'eurodéputé écologiste, Benoit Hamon a été victime du vote utile : Yannick Jadot votera pourtant pour Emmanuel Macron, même s'il n'incarne pas la transition écologique.

Yannick Jadot en mars 2017
Yannick Jadot en mars 2017 © AFP / PHILIPPE LOPEZ

L'eurodéputé écologiste revient sur le duo Le Pen - Macron qui s'est affronté sur le parking de l'usine Whirlpool : "Deux impuissances se sont affichées" estime Yannick Jadot, qui s'est dit "très marqué par une image de Marine Le Pen souriante faisant un selfie avec une ouvrière qui pleure".

"Marine Le Pen sait trouver les mots, sait s'adresser aux classes qui se sentent vulnérables", concède Yannick Jadot. "Elle [les] flatte, mais pas pour les sauver", poursuit-il, "pour imposer un projet de préférence raciale".

"Trop souvent aujourd'hui autour du FN, on a simplement le débat social : le projet du FN est d'abord un projet raciste"

Est ce qu'on imagine demain, une France gouvernée par Bruno Gollnisch aux affaires étrangères, Marion Maréchal-Le Pen en charge des droits (ou des non droits) des femmes, Robert Ménard à la liberté de la presse ?

"Dans ce pays, à un moment on ne se pose plus la question de qui est profondément menacé par l'émergence de Marine Le Pen (...) Quand on défend la France métissée, on la protège contre le Front National. Ce ne sera pas jean-Luc Mélenchon qui sera victime de la stigmatisation ou du racisme dans ce pays, ce sera tous ceux qui sont un peu ou beaucoup, noir, musulman ou homosexuel".

Je n'hésiterai pas une seule seconde à voter Macron le 7 mai parce que je refuse le projet raciste de Marine Le Pen

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.