Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, est l'invité de 7h50 d'Hélène Roussel.

Jean-Michel Blanquer évoque "La priorité jeunesse" de son ministère désormais élargi  : Avec l'arrivée d'une nouvelle secrétaire d'Etat à la Jeunesse et l'engagement, Sarah El Hairy, en remplacement de Gabriel Attal, et celle de Nathalie Elimas, qui sera chargée spécifiquement de l'Education prioritaire, "c'est-à-dire des élèves les plus défavorisés, on a une vraie une stratégie pour la jeunesse", a jugé le ministre.

"Elles doivent contribuer à cette tâche très importante que nous avons qui est de lutter contre les inégalités de façon générale et d'avoir une priorité jeunesse", a-t-il insisté.
"Les conséquences du confinement ne doivent pas être de sacrifier la jeunesse et bien entendu ce ne sera pas le cas, aussi bien par l'éducation que par l'emploi", a-t-il assuré.
Après une année scolaire chamboulée par le confinement, le scénario privilégié pour la rentrée est celui d'une "rentrée normale", avec un "protocole sanitaire allégé qui nous permet de recevoir tous les élèves", a-t-il précisé.

Le ministère travaille également "sur d'autres scénarios au cas où", dans l'hypothèse d'un confinement, partiel ou non, ou d'une situation "intermédiaire" qui nécessiterait "un protocole sanitaire renforcé" explique-t-il, en détaillant les plans fixés pour la rentrée scolaire 2020, après une année particulière touchée par trois mois de confinement et d'école à la maison : 

Prime à l'équipement informatique

Ainsi, le ministre explique aussi avoir tiré les leçons du confinement, notamment sur l'accès des familles aux plateformes d'enseignement sur internet , et dit préparer une prime à l'équipement informatique destinée aux enseignants et aux élèves. Cette aide sera expérimentée dans plusieurs départements à la rentrée.

"La France est l'un des pays où ça s'est le mieux passé pour l'enseignement à distance"

Le montant de cette prime est "en discussion", a expliqué Jean-Michel Blanquer qui assure avoir parlé de cette mesure avec les organisations syndicales ces derniers temps. "Le fait que nous allions vers un équipement systématique de chaque élève et chaque professeur, est notre objectif", a déclaré le ministre.

Il a également indiqué qu'une "formation à l'enseignement à distance va se généraliser" et assure que "la France est un des pays qui a le mieux réussi l'enseignement à distance" pendant le confinement. "75 % des parents disent qu'ils ont trouvé que ça c'est bien passé pour l'enseignement à distance".

Une rentrée sous surveillance

"Nous allons mettre le paquet en heures supplémentaires pour que le niveau soit atteint", promet le ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. Une aide personnalisée sera mise en place à la rentrée scolaire "de façon à consolider les fondamentaux en français et en mathématiques".

Pour rattraper le retard pris dans le programme scolaire pendant le confinement, l'Education nationale mise notamment sur l'aide personnalisée "pour laquelle on dégage plusieurs centaines de milliers d'heures supplémentaires notamment pour les mois de septembre et octobre", précise Jean-Michel Blanquer.

Le plan promis par le ministre pour lutter contre le décrochage scolaire, et qu'il avait décrit comme "ultra volontariste", comprendra des évaluations de début d'année. Elles seront "systématiques pour certaines classes comme le CP, le CE1, et la classe de sixième en particulier". Des stages de réussite scolaire sont également proposés la dernière semaine du mois d'août "notamment pour les élèves de CM2 dont on sait qu'ils ont pu être fragilisés par la crise", a expliqué Jean-Michel Blanquer.

Le ministre rappelle que son objectif "est de rehausser le niveau général" et qu'il ne souhaite pas alléger le programme scolaire de l'année à venir. "L'objectif n'est pas de baisser les exigences mais de lisser davantage les choses pour qu'on puisse, en début d'année scolaire, réviser des points qui relèvent de l'année précédente".

  • Légende du visuel principal: Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, à l'Élysée, le 22 juillet 2020 © AFP / Alain JOCARD
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.