Bruno Barde, directeur artistique du festival du film américain de Deauville, est l'invité de 7h50.

Le 46e Festival du cinéma américain de Deauville sera présidé par Vanessa Paradis, et se tiendra du 4 au 13 septembre, avec une forme réiventée, crise sanitaire oblige. 

Le festival de Deauville ouvrira ainsi ses portes à deux des plus grands festivals internationaux de cinéma dont le déroulement, en France, a été perturbé : le Festival de Cannes et le Festival international du film d’animation d’Annecy. "Deauville se réinvente et se veut solidaire de l’industrie du cinéma mondial durement éprouvée", écrivent les organisateurs.

Bruno Barde, son directeur, explique que Deauville va présenter une dizaine de films de la sélection cannoise : 

"On ne veut pas vaincre le Covid, mais la peur"

Sur les aides et mesures au secteur, Bruno Barde estime qu'en France, "il y en a plus que dans tous les pays du monde" mais reconnaît:  "Il fallait que les salles réouvrent, après c'était évident qu'on ne serait pas au niveau". 

"On a été très étonné du courage de nos partenaires financiers. C'est important que les gens s'engagent" poursuit le directeur du rendez-vous des cinéphiles, qui ne s'attend pas à voir défiler des stars américaines sur les planches, malgré un hommage à Michael Douglas.

  • Légende du visuel principal: Bruno Barde, directeur artistique du festival du film américain de Deauville © Radio France / Radio France
Les invités
  • Bruno BardeDirecteur général de Public Système Cinéma
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.