Ségolène Royal, ambassadrice des pôles et ancienne ministre de l'Environnement, est l'invitée de Léa Salamé à 7h50.

Les "gilets jaunes", Macron et les taxes

Emmanuel Macron a expliqué aux Français qu'il ne changerait pas de cap malgré les protestations des "gilets jaunes".  Le président de la République a estimé qu'il fallait "entendre les protestations d’alarme sociale"  tout en répondant à l'urgence environnementale.  Il s'est exprimé lors de la présentation de la programmation pluriannuelle de l’énergie. Il a appelé de ses vœux un "nouveau modèle productif, éducatif et social plus juste".

Ségolène Royal réagit après ses annonces . 

"On attendait des réponses pour rétablir la paix et la sécurité des fins de mois", dit-elle. Or il y a "une contradiction à reconnaître un déficit dans la méthode, et maintenir les décisions" qui ont découlé de la méthode, selon l'ancienne ministre. 

Emmanuel Macron aurait pu, selon elle, "remettre à plat les choses, et retirer les taxes". La mise en place d'une taxe flottante, si volatile, ne lui semble pas être une bonne voie. 

Cette réaction au sujet des annonces d'Emmanuel Macron est l'occasion pour Ségolène Royal de signaler que cette attitude qui consiste à maintenir une décision ou à ne pas revenir en arrière est un "_truc de mec_". 

Elle estime que les femmes ont plus facilement tendance à revenir en arrière pour adopter des positions "de bon sens". 

"Il est très difficile dans un aréopage d'hommes qu'il y ait le premier qui dise 'On s'est trompé, on va peut-être rectifier les choses", explique Ségolène Royal. Les femmes écoutent et recherchent des compromis plus facilement selon Ségolène Royal. 

Sur la gestion de la crise des "gilets jaunes", elle considère  : "c'est une désolation pour la politique ce que l'on voit ! C'est scandaleux que le gaz augmente de 14%".

Les Français sont intelligents ils voient bien que ce qu'on leur donne d'une main est repris de l'autre. 

Ségolène Royal estime qu'il faut une remise à plat totale de la fiscalité et de la question environnementale. Elle ne dit pas comme Jean-Luc Mélenchon qu'il faut "réactiver l'ISF". 

La transition énergétique et la victoire du lobby nucléaire

Pour Ségolène Royal, c'est "avant" qu'il aurait fallu une  grande consultation citoyenne sur le terrain. 

"Les solutions, on les connaît. Rien de nouveau dans ses annonces sauf sur le nucléaire". 

"Le lobby du nucléaire l'a emporté, la fermeture de Fessenheim était déjà actée. Ce qui a été annoncé c'est le report de dix ans de la baisse du nucléaire. On passe de 2025 à 2035. Il n'y a pas d'argument sérieux pour expliquer que ce n'est pas possible", explique Ségolène Royal. 

► ECOUTEZ LE PODCAST DE RADIO FRANCE "AGIR POUR MA PLANÈTE" 

A l'occasion de la COP24, retrouvez toutes les émissions et les chroniques sur le changement climatique, par les antennes de Radio France. Quel est l'impact du réchauffement climatique sur l'environnement ? Quels dangers, quelles solutions ? A retrouver sur iTunes, ou sur Deezer. 

Légende du visuel principal:
Ségolène Royal © Radio France / Anne Audigier
Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.