Christian Jacob, président de LR, député de Seine-et-Marne, est l'invité de Léa Salamé. Il évoque les sénatoriales remportées comme (presque) toujours par la droite, l’attaque à l’arme blanche vendredi à Paris, qu’il relie à la question des mineurs isolés et de l’islam radical.

"On renoue avec la victoire", se réjouit le patron des Républicains. "Je vous rappelle que depuis 8 ans, on a perdu 2 présidentielles, 2 législatives, un échec cinglant aux européennes… Nous avons gagné les municipales, sur les élections territoriales les Français ont fait confiance aux candidats de droite. Les sénatoriales, c’est le prolongement, nous gagnons dix sièges au Sénat, ce n‘est pas anecdotique. C’est ce qui va nous permettre de nous préparer aux autres échéances territoriales."

Sur la tentative de "débauche" de membres des Républicains par La République en Marche, Christian Jacob s’agace : "C’est ridicule, c’est de la petite politique politicienne. Il faut qu’ils arrêtent avec ces petites combines, la situation à laquelle on fait face aujourd’hui nécessite un peu plus de dignité et de hauteur."

Terrorisme, mineurs isolés et islam radical

Il estime également que le risque terroriste en France a été "clairement sous-évalué", après l’attaque qui a fait deux blessés vendredi à Paris. "Rien n’est fait depuis trois ans, rien. En 2012, la France accueillait 1.000 mineurs isolés, aujourd’hui c’est 40 fois plus. Vraisemblablement, on va apprendre dans les heures qui viennent que l’auteur de l’attentat n’était en réalité pas un mineur, mais accueilli comme tel", prédit Christian Jacob. 

Sur la question de l’islamisme radical, ramenée sur le devant de la scène depuis vendredi, "le président de la République n’arrive même pas à prononcer le mot, alors que c’est une réalité aujourd’hui : plus de 260 victimes depuis 2012, elles ne sont pas victimes de je ne sais quel séparatisme, mais de l’islamisme radical. Il est incapable de se prononcer sur le sujet, alors que tous les trois mois il nous annonce un grand discours." 

"Qu’on en finisse avec les mots, qu’il prenne des décisions. Il est tétanisé par ce sujet, incapable de se décider sur quoi que ce soit", estime le leader de la droite.

  • Légende du visuel principal: Christian Jacob © Radio France / Anne Audigier
Les invités
  • Christian JacobPrésident du Groupe LR à l'Assemblée Nationale et député de la 4e circonscription de Seine-et-Marne
L'équipe
Contact