Martine Aubry, maire de Lille, a jugé la stratégie du gouvernement "plus claire" depuis le discours d'Édouard Philippe à l'Assemblée nationale, jugeant qu'il était "une bonne chose" que "ce qui est difficile soit renvoyé aux maires".

"Nous avons la réalité du terrain et les réponses peuvent être différentes d’une commune à l’autre", estime la maire de Lille, Martine Aubry. Invitée de France Inter jeudi matin, elle se dit satisfaite de la liberté laissée aux maires par le gouvernement dans le déconfinement : "Tout ce qui est difficile à faire est envoyé aux maires, je pense que c'est une bonne chose, parce que nous savons faire." Néanmoins, beaucoup de questions restent en suspens comme celle de la réouverture des écoles dans la ville du Nord. 

"Notre priorité absolue c'est la sécurité sanitaire des enfants, de leurs familles et de la communauté éducative", assure Martine Aubry. Selon les observations faites dans les établissements lillois, l'édile estime que "les classes de 10 [enfants], pour respecter la distanciation" sont "mieux appropriées",  préconisant une priorité sur les classes "charnières" (grande section, CP et CM2) comme cela avait été évoqué un temps par le ministre de l'Éducation nationale. 

"Mais c'est le recteur qui nous dira quels seront les niveaux à accueillir", a précisé Martine Aubry. Un mail a également été envoyé à tous les parents d'élèves avec une question : si certaines classes rouvrent la semaine du 11 mai, "avez-vous l'intention de les y envoyer ?". Près de 3 000 réponses ont déjà été reçues.

Municipales : revoter les deux tours ? 

Concernant la question des élections municipales, la maire de Lille et candidate à sa réélection, arrivée en tête au premier tour en mars dernier regrette la "très grande abstention" le 15 mars 2020. "Mais on y peut rien, les gens avaient peur", poursuit-elle. "On verra ce que dira le Conseil d’État, qui avait parlé d’un délai raisonnable pour l'organisation du second tour. Si l'on devait revoter en octobre ou novembre, je pense qu’il faudrait refaire les deux tours", juge Martine Aubry. 

À la tête de la ville de Lille, Martine Aubry organise donc la réouverture des commerces. "Nous avons préparé un protocole qui permet à la fois de conseiller les commerçants et de rassurer les clients. Il sera affiché dans les commerces qui l'auront signé. Nous donnerons un kit de redémarrage, avec du gel, des masques et du ruban adhésif pour aider a faire respecter les distances."

La ville de Lille a également commandé 500 000 masques réutilisables dits "grand public" pour les distribuer à ses concitoyens. "Nous avons aussi commandé des masques chirurgicaux en papier", poursuit-elle. "Nous avons travaillé aussi avec la région, le département et la métropole. La crainte, ce sont les retard, les annulations de livraisons. Le 11 mai, c’est demain, donc on croise les doigts." 

Refusant de commenter le débat à l'Assemblée autour du vote du plan de déconfinement, Martine Aubry se dit loin des polémiques. Toutefois, l'ancienne première secrétaire du Parti socialiste, ancienne ministre, estime que le gouvernement d'Édouard Philippe doit renoncer à certaines réformes "qui vont à l’encontre de tout ce qu’on a découvert aujourd’hui".  

  • Légende du visuel principal: Martine Aubry © AFP / Eric Piermont
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.