Fary, humoriste, est l'invité de Léa Salamé à 7h50, à l'occasion de la sortie du film "Tout simplement noir".

Fary, humoriste, se retrouve à l'affiche du film "Tout simplement noir" de Jean-Pascal Zadi et John Waxxx. À propos des soulèvements contre le racisme qui ont secoué plusieurs démocraties ces dernières semaines, il reconnait des "des sujets qui sont toujours d'actu, des meurtres comme George Floyd, il y en a eu plein, simplement là, ça a été filmé, il n'y pas de doute possible" : "Si on est face aux mêmes chances que les autres, on devrait avoir les mêmes représentations".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pas de 'communautarisme' négatif

"Des noirs entre eux, on taxe ça de communautarisme : ça ne devrait pas avoir une connotation aussi négative"

"Dans le théâtre à Londres, y a des noirs qui joue des rôles de blancs, on ne se pose pas la question, c'est des étapes", rappelle le comédien. 

"Se positionner comme pas raciste, c'est passif, et on a besoin d'actions sur ce sujet"

Réagissant aux réponses d'Emmanuel Macron et de son ministre de l'Intérieur Christophe Castaner aux manifestations antiracistes, Fary estime que ces derniers "balayent ça en utilisant des gros mots comme 'séparatistes'" : "Ça montre que la France n'est foncièrement pas antiraciste."

"Il n'y  a même pas de dialogue ouvert", déplore le comédien : "Quand j'entends mon président qui ne prend pas en considération des milliers de personnes dans la rue, ça me fait mal."

  • Légende du visuel principal: Fary, humoriste, dans les studios de France Inter, juin 2020 © Radio France / France Inter
Les invités
L'équipe
Contact