Thierry Solère est l'artisan du succès de la primaire de la droite et du centre, député Les Républicains des Hauts-de-Seine est l'invité de Léa Salamé.

Thierry Solère
Thierry Solère © AFP / THOMAS SAMSON

François Fillon, nouveau champion de la droite, a rebattu mardi les cartes aux Républicains, en faisant la part belle à ses proches mais sans oublier, au nom du "rassemblement", les autres sensibilités du parti, de NKM à Jean-François Copé.

Bernard Accoyer, député de Haute-Savoie, ancien président de l'Assemblée nationale, qui l'a soutenu pour la primaire, devient ainsi secrétaire général. Deux vice-présidents ont été nommés: Laurent Wauquiez, député de Haute-Loire (sarkozyste) et président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, et Isabelle Le Callennec, députée (filloniste) d'Ille-et-Vilaine.

Thierry Solère fait désormais partie du "Comité Politique", présidé par Gérard Larcher. Il est le héros du documentaire de Thomas Legrand sur C8 (Instinct primaire, coulisses d'une élection), c'est la révélation des primaires de la droite et du centre.

Thierry Solère, député de Boulogne-Billancourt. "Les français ont donné une force formidable à François Fillon. Les juppéistes sont représentés dans le bureau politique, avec Benoît Apparu notamment. Le Comité Politique accueille une autre juppéiste, Virigine Calmels. Larcher a eu une autorité extraordinaire, qui m'a beaucoup aidé dans l'organisation des primaires. Ce qui compte aujourd'hui c'est le rassemblement, la droite n'a jamais été aussi prête. Les primaires c'était la culture de personne ; Sarkozy l'a vraiment voulu car il pensait la gagner. Nicolas a remis les choses en ordre, je lui rend ce crédit. "

"François Fillon a fait un score fort, avec une mobilisation forte. La droite relève la tête. Le pays s'est appauvri, il y a plus de chômeurs. Les pauvres doivent ils devenir encore plus pauvres ? Dans tous les autres pays les administrations sont moins pléthoriques ; les familles mono parentales doivent être aidées. Notre système ne tend pas assez la main à ceux qui sont vraiment déshérités."

L'intégralité de l'entretien avec Léa Salamé

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.