Gabriel Attal, député LREM des Hauts-de-Seine en charge des questions d'éducation et de culture est l'invité d'Alexandra Bensaid à 7h50.

A quelques minutes de l'annonce ce lundi matin de la réforme de l'admission post-bac, dite réforme APB, le député La République en marche Gabriel Attal a défendu au micro d'Alexandra Bensaid la vision du gouvernement sur l'orientation des bacheliers.

Pour l'élu des Hauts-de-Seine, cette réforme a un objectif bien plus important qu'une question d'orientation post-bac pour désengorger les filières les plus tendues. C'est une question de réussite à l'issue des études.

Gabriel Attal explique qu'il existe aujourd'hui "une double sélection par l'échec" à l'université, liée notamment à un défaut d'orientation post-bac, les diplômés de filières générales se tournant vers les IUT et autres instituts plus pratiques, aux dépens des bac pro qui se tournent, eux, vers la fac, mais sans succès.

Une sélection par les pré-requis, donc, mais pas de places supplémentaires ? Notre invité juge qu'il faudra tout de même créer des places dans certaines filières, sans préciser lesquelles. Il laisse la politesse au Premier ministre Edouard Philippe, à Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieure et de la Recherche et à Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, alors que des mesures sont attendues dans la matinée.

Des mesures qui pourraient également concerner une rallonge budgétaire. Pour Gabriel Attal, au-delà de l'orientation et de la réussite scolaire, le sujet principal, c'est de réformer la sécurité sociale étudiante qui "ne marche pas".

Légende du visuel principal:
Le député LREM des Hauts-de-Seine Gabriel Attal au micro d'Alexandra Bensaid © Radio France
Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.