"Tous les directeurs et les enseignants du VIIe arrondissement seront vaccinés d'ici la fin de semaine", a affirmé Rachida Dati, ancienne garde des Sceaux et maire LR du VIIe arrondissement de Paris, invitée de France Inter mercredi matin.

Sans attendre le feu vert de l'exécutif, ces maires LR ont décidé d'élargir la vaccination. Jean Leonetti, maire d'Antibes, David Lisnard à Cannes et Rachida Dati, édile du VIIème arrondissement de Paris. "J’ai commencé la semaine dernière et l’ensemble des directeurs et enseignants [de l'arrondissement] seront vaccinés d’ici la fin de semaine", assure-t-elle, invitée de France Inter mercredi matin. "En fin de journée, vous avez des doses qui ne sont plus affectées, des gens qui ne viennent pas. Nous affectons ces doses, au lieu de les jeter, au personnel enseignant", détaille-t-elle.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

À propos des écoles, maintenues ouvertes par le gouvernement, "j’ai toujours soutenu Jean-Michel Blanquer sur sa position", assure la maire du VIIe arrondissement parisien. "Sur le premier confinement, ça a provoqué des dégâts irréversibles sur des enfants." Rachida Dati qui n'est en revanche pas favorable à la proposition de la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, qui a émis l'idée d'avancer les vacances scolaires. "Je ne suis pas d’accord ! On avance pour faire quoi ? On ferme, on reste chez soi et on fait quoi ?"

Réunion non-mixtes : "La gauche, au lieu de s'excuser, ils nous insultent"

"La gauche qui est devenue antirépublicaine, qui promeut la notion de race supposée, c'est extrêmement dangereux", a par ailleurs estimé Rachida Dati. Interrogée sur les propos tenus par Audrey Pulvar sur les réunions non-mixtes, l'ancienne garde des Sceaux a jugé que "la gauche est en train de se suicider et moi je ne m'en réjouis pas parce que c'est dangereux pour la démocratie"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Samedi, Audrey Pulvar avait déclaré que l'on pouvait "demander de se taire, d'être spectateur ou spectatrice silencieux" à "une femme blanche ou un homme blanc" lors d'ateliers de discussions contre le racisme. Après le tollé provoqué par cette déclaration, la candidate aux élections régionales, soutenue par le PS, a tenté d'éclaircir son propos dans Le Monde, ajoutant "je laisse les voix opportunistes et destructrices de la droite et de l’extrême droite à leurs bruyantes furies".

Pour Rachida Dati, "ça, c'est la gauche, au lieu de s'excuser et d'être dans l'humilité, ils nous insultent. Si vous n'êtes pas d'accord avec eux, vous êtes des gros fachos, des gros racistes et vous êtes de l'extrême droite"

  • Légende du visuel principal: Rachida Dati, eurodéputée et maire du VIIème arrondissement de Paris © Radio France / capture d'écran
Les invités
L'équipe
Contact