Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie, est l'invité d'Hélène Roussel à 7h50.

Bonne nouvelle pour les touristes à destination du Royaume-Uni : les voyageurs de France métropolitaine n'auront plus à observer une période de quarantaine. "Les contacts ont été permanents, sur des éléments scientifiques, rationnels, on voit qu'il y avait une capacité à remettre des règles ordinaires par rapport à ce qui se faisait avec les autres pays européens", explique le secrétaire d'État chargé du Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne. 

Autre annonce : "Nous avons aussi interconnecté nos dispositifs informatiques entre celui du NHS, l'autorité sanitaire au Royaume-Uni, et TousAntiCovid, ce qui va permettre notamment à nos Français de l'étranger établis en Grande Bretagne d'obtenir leur pass sanitaire". Selon Jean-Baptiste Lemoyne, ces annonces vont aussi permettre le retour de touristes britanniques en France.

En revanche, alors que les touristes américains sont les bienvenus en France, l'inverse n'est pas encore vrai. Cela est-il amené à changer ? "Avec Jean-Yves Le Drian et le président de la République, nous ne cessons d'insister auprès des autorités américaines sur leur capacité à se rouvrir. Nous mêmes nous l'avons fait pour les vaccinés du monde entier, quel que soit leur pays de provenance, parce qu'on considère que le vaccin c'est la clé et que ça diminue les risques pour tout le monde". 

Les aides maintenues

Pourquoi ne pas avoir fait donnant-donnant ? Un pays qui n'ouvre pas ses portes aux touristes français n'aurait alors pas accès à la France pour ses ressortissants. "C'aurait été une double peine pour nous : non seulement on aurait été privés d'aller aux États-Unis, mais en plus on se priverait de recevoir une clientèle américaine", explique Jean-Baptiste Lemoyne, qui rappelle que "le tourisme fait tourner l'économie de nos territoires". 

Alors que beaucoup d'hôtels préfèrent encore fermer et que les chiffres d'affaires sont 60 à 70% inférieurs à la période pré-Covid, y aura-t-il des aides supplémentaires ? "Nous maintenons nos dispositifs d'aide", explique le secrétaire d'État qui chiffre à 36 milliards d'euros le montant des aides distribuées depuis le début de la crise en soutien à l'économie touristique, dont un tiers "en soutien à des prestataires touristiques de Paris et d'Île-de-France". 

Quelle situation pour les voyages en France ?

Alors que certaines zones touristiques, les Outre-mers, la Corse ou la région PACA, ont des situations sanitaires difficiles, faut-il annuler ses vacances ? "En Guadeloupe, des mesures très strictes ont été prises de confinement et de couvre-feu. L'offre touristique ne peut pas être la même. Le tourisme des ultramarins qui visitent leurs proches peut se maintenir, mais ça va être compliqué pour la fin de la saison touristique en Guadeloupe (...)", explique-t-il, rappelant que pour les personnes non vaccinées, il faut un motif impérieux pour se rendre dans ces zones. 

En France métropolitaine, il y a également des territoires où le taux d'incidence est élevé : "En temps normal, on aurait dû fermer certaines activités, mais avec le pass sanitaire qui bientôt sera étendu, on est en capacité de maintenir ouvertes certaines activités, et de maintenir une expérience de vacances presque intacte", explique le secrétaire d'État, qui rappelle qu'il faut par ailleurs collectivement continuer à appliquer les gestes barrières. 

Enfin, depuis lundi dernier, les Français établis hors de France et vaccinés dans d'autres pays par des vaccins homologués peuvent obtenir leur pass sanitaire en envoyant leur certificat de vaccination à un service dédié : "Il y a deux jours, on a pu envoyer 1 500 QR Codes, hier 3 000, et nous avons d'ores et déjà reçu 20 000 demandes". 

  • Légende du visuel principal: Le secrétaire d'Etat chargé du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie, Jean-Baptiste Lemoyne. © AFP / Ludovic Marin
Les invités
Contact