Camille Emmanuelle, auteur de "Ricochets" (Grasset) est l'invitée de Léa Salamé

Camille Emmanuelle est journaliste et ricochet des attentats de janvier 2015 (Charlie Hebdo, l'Hyper Cacher et Montrouge). Son mari Luz, ancien dessinateur à Charlie Hebdo, a échappé ce matin-là au carnage. Le terme "ricochet", elle l'a découvert le jour du drame, quand la psychologue qui interroge Luz s'attarde également sur son état à elle : "Je ne comprenais pas cette question parce que j'étais la " 1" dans l'histoire. J'accompagnais juste mon compagnon dans cette épreuve et le fait qu'elle se tourne vers moi avec cette question, je trouvais ça limite indécent. Il y une victime directe qui est traumatisée. Moi, ça va, je ne fais que l'accompagner et elle m'a dit 'oui, mais vous allez soutenir dans l'avenir votre mari. Vous êtes une victime, par ricochet.'

Une révélation des années plus tard

Ce statut, elle ne le comprend pas dans un premier temps, elle le rejette même. Mais avec le temps, Camille Emmanuelle se rend compte ce qu'il signifie : "C'est des années plus tard, après avoir vu tout ce parcours d'accompagnement et comment ça avait complètement répercuté et bouleversé toute ma vie également, que j'ai voulu creuser, en fait, cette histoire de victime par ricochet."

Pas de manuel pour apprendre à soutenir

L'autrice, dans le nouveau rôle qui est le sien, se sent rapidement démunie : " Ma première réaction, quand je ne comprends pas quelque chose ou une situation, je vais en librairie ou bien comme je suis journaliste, je tends le micro pour interroger des gens. Je suis allé en librairie et je n'ai rien trouvé. Je trouvais des choses sur la résilience en général. Je trouvais des choses, par exemple sur le deuil, mais moi, je n'ai pas traversé le deuil. J'ai traversé autre chose. J'ai traversé le fait d'avoir peur pour l'autre, d'être inquiète pour l'autre, de devoir prendre sur soi aussi les proches qui demandaient toujours comment va l'autre." Camille décide alors d'enquêter, d'aller voir des rescapés, leurs proches, des psys, des avocats.

De la culpabilité

Elle avoue avoir étouffé dans son rôle de ricochet quand le couple a fait le choix de s'exiler à la campagne pour permettre à Luz de remonter la pente : "Il n'y a pas trop d'espace de parole là-dessus. Ce sentiment d'étouffement en fait en plus il était culpabilisant puisque ce qui sauvait mon mari, à moi, me portait préjudice, en l'occurrence le fait d'être éloigné de tout. Il a quitté le journal. Il a eu besoin de s'isoler et moi, je suis journaliste, j'ai un métier, j'ai des amis et il y avait ce truc de culpabiliser parce que ce qui lui fait du bien, moi ça me fait du mal, alors que ça devrait me faire du bien." 

  • Légende du visuel principal: Camille Emmanuelle
Contact