Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, est l'invité de 7h50.

Pour le professeur Delfraissy, "on ne doit pas flipper mais être réaliste et conscient, les chiffres très bas de l’incidence du virus sont faussement rassurants."

Selon lui, il y  aura une montée progressive des contaminations, notamment en raison du variant Delta, en juillet et aout.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le vaccin est efficace contre le variant Delta ? "Oui, si on a eu 2 injections, mais non si on n'a eu qu’une injection" explique le professeur. Il confirme que l’AstraZeneca est efficace contre ce variant.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour la rentrée il estime qu' "on ira à une 3e dose pour stimuler ceux qui ont un système immunitaire un peu défaillant, au-dessus de 60 ou 70 ans, probablement".

Les campagnes de vaccination rencontrent dans les grands pays un plafond de verre, qui, selon Jean-François Delfraissy, "correspond à 2 types de population qui seront responsables d’un impact du variant Delta. Ce sont les non vaccinés au-dessus de 70 ans et les 40-60 ans, à risques, qui ne se sont pas faits vacciner."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Concernant la vaccination des soignants, et surtout en Ehpad, "j’ai changé d’avis" dit le professeur, "j’étais contre l’obligation mais là il me semble qu’il faut envisager une obligation dès maintenant". Selon lui, il faut aussi anticiper "l’aller vers", en direction des populations défavorisées, faire circuler des camions de vaccinations dans les endroits peu médicalisés.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour les enfants, "en-dessous de 12 ans, nous n’avons pas de données, donc en septembre, l’enjeu sera le dépistage massif."

Il s'attend bien à une 4e vague à la rentrée : "On aura une 4e vague, beaucoup plus nuancée que les trois premières". Quant à savoir quand le Covid-19 sera éradiqué, "on en aura fini quand 100% de la population sera vaccinée ou contaminée, probablement en 2022."

  • Légende du visuel principal: Jean-Francois Delfraissy © AFP / JOEL SAGET / AFP
Les invités
Contact