Pascal Lamy, ancien directeur de l'OMC et président d'honneur de l'Institut Jacques Delors, est l'invité du Grand entretien de la matinale avec Nicolas Demorand, Léa Salamé et les auditeurs de France Inter.

Après une nuit blanche à Bruxelles, et que les 28 n'ont toujours pas désigné les dirigeants des différents postes clés de l’union, Pascal Lamy temporise : "Je ne crois pas que ce soit grave, il fallait s’y attendre (...) On va aux élections chacun sous son drapeau et après il faut négocier des compromis. Il se trouve que dans cette affaire, Mr. Macron et Mme Merkel n’appartienne pas au même parti…"

"Pourquoi [le favori n'est-t-il] plus Timmermans ? Parce qu’il faut l’accord des deux chambres" explique Pascal Lamy qui estime que "ça peut revenir. Le seul pour qui ça ne peut pas revenir, c’est Manfred Weber."

Concernant l'accord du Mercosur, l'ex-directeur de l'OMC est catégorique : "C’est un accord d’ouverture important, avec des règles fortes (...) Cette bagarre déroulée à Tokyo la semaine dernière, s’est déroulée à 19 contre un". "Si l’UE n’avait pas la puissance qu’elle a en matière économique, Bolsonaro aurait basculé dans le camp de Trump pour le climat".

Après s'en être pris à l'accord commercial UE-Canada, Nicolas Hulot est parti en guerre, dans un entretien au Monde dimanche, contre l'accord fraîchement conclu avec le Mercosur, "antinomique" avec la lutte contre le dérèglement climatique. Sur tous les fronts ce week-end avec une autre interview accordée à Ouest-France et avec une tribune dans le Journal du dimanche, l'ancien ministre de la Transition écologique estime que "le libre-échange est à l'origine de toutes les problématiques écologiques". Pascal Lamy affirme, lui, qu'il n'est pas d'accord avec l'ex-ministre de la Transition Écologique : 

À une auditrice, professionnelle de l'élevage, qui appelle pour dire qu'elle souhaite plus de protectionniste, il explique : 

Concernant le CETA, décrié également par Nicolas Hulot et le camp des défenseurs de l'environnement, Pascal Lamy explique que : "Tout ceci fait comme si nous étions dans un monde de Bisounours ou Trump n’essaierait pas de mettre le bazar (...) Il faut accepter cette bagarre".

  • Légende du visuel principal: Pascal Lamy © AFP / YU JIE / IMAGINECHINA
Les invités
  • Pascal LamyAncien directeur général de l'OMC, président émérite de l'Institut Jacques Delors
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.