Christophe Castaner, Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement, est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20.

Christophe Castaner, Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, réagit à la chute de popularité du président de la République : Emmanuel Macron a perdu en moyenne 26 points de popularité depuis son élection. Comment le président de la République compte-t-il réaffirmer sa vision à long terme? Sa détermination à réformer est-elle la même?  "Aujourd'hui, en moyenne 34% des Français se retrouvent dans l'action du gouvernement" affirme Christophe Castaner. 

Faire de la politique, c'est s'inquiéter tout le temps  : oui il y a des tensions

Sur la raison de cette baisse de popularité dans les sondages  : "Si c'était la méthode, les français n'auraient pas compris l'élection présidentielle ...ça ne va pas assez vite, les français nous le disent, et c'est le sentiment que j'ai : il faut maintenir la pression pour que la réparation du pays, notamment sur les chiffres du chômage, s'accélère."

La justice n'est pas de payer tous la même chose, c'est de payer plus quand vous gagnez plus  

Sur le malaise des maires

Christophe Castaner dément une vague de démissions nouvelles : "Dès l'année prochaine, les maires auront un budget en légère augmentation alors qu'ils ont connu des baisses systématiques de la part de l'état" :

A propos de l'aide aux entreprises  

"On fait des efforts sur le prix du travail, elles doivent privilégier l'investissement sur l'année prochaine : les entreprises vont toucher 20 milliards de dette sur l'année précédente, on les enjoint que ces 20 milliards soient investis dans l'entreprise"

"Il ne faut pas tout réduire à la comptabilité" affirme le secrétaire d'état qui poursuit : "Le droit à la formation est fondamental, celui qui fait qu'aujourd'hui, quand vous êtes chômeur, vous avez dix fois moins de chances d'avoir accès à la formation que si vous êtes dans une grande entreprise et que vous êtes cadre supérieur"

"Personne ne va percevoir moins d'indemnités chômage, mais, plus vous avez de chômeurs, plus il faut engager d'argent, et moins vous avez de recettes : ce déficit, il faut bien que quelqu'un le paye. Si ce n'est pas nous, ce sera nos enfants ou nos petits-enfants."

À propos de la PMA : "C'est un sujet d'égalité pour toutes les femmes" et sur la congélation des ovocytes : "Je défendrais cette position, qui fera débat. Tout ce qui contribue à l'égalité entre les femmes est un combat de chaque jour."   

Photo polémique à Saint-Martin

Revenant sur le cliché d'Emmanuel Macron pris ce week-end dans un quartier populaire de Saint-Martin, où le président effectuait une visite un an après le passage de l'ouragan Irma, et sur laquelle l'un des deux jeunes hommes fait un doigt d'honneur : "À Saint-Martin, l’État a mis 500 millions d’euros pour reconstruire l'île et, un an après il y a encore des gens qui vivent dans des conditions scandaleuses. C’est ça qui me choque, bien plus que la photo."

Une stratégie d'union pour les prochaines élections européennes

"J'appelle ce qui veulent se battre pour l'Europe au dépassement politique " dit Christophe Castaner qui explique qu' avec Alain Juppé et l'UDI, "les discussions se poursuivent mais personne n'a pris d'engagement sur ce sujet (...) La seule question qu'il faudra se poser c'est : 'quelle est la meilleure tête de liste ?'"

Légende du visuel principal:
Christophe Castaner, secrétaire d’Etat chargé des relations avec le parlement, porte-parole du gouvernement (REM) © Radio France
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.