Fabrice Luchini, comédien, joue dans "Alice et le Maire", réalisé par Nicolas Pariser. Il est l'invité du Grand entretien de France Inter, par Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20.

À propos de son rôle de maire de Lyon dans le film "Alice et le maire" de Nicolas Pariser, Fabrice Luchini explique "Tous les mots défendus par ce maire sont éloignés de ma petite personnalité (...) Lui n’a plus d’idées, pour un acteur, c’est jouissif de jouer en creux".

"Cet homme va pas bien , il a l’impression de devenir vide" raconte l'acteur, qui estime que la relation décrite dans ce long-métrage : "C'est au-delà de la politique, c’est Nelly et Mr Arnaud, pas sexué."

Et l'artiste se rappelle d'une visite en loge de Jacques Chirac : 

Faut-il être misanthrope ou Tartuffe pour faire de la politique ? "Il faut avoir une composante narcissique supérieure aux acteurs" estime le comédien. Et se remémorant une rencontre avec Emmanuel Macron :

"Le père Macron m’a demandé le bouquin, il m’a fait Alceste. Il est très bon quand il improviste"

Sur le choix d'avoir lu Céline pour l'un de ses spectacles, il répond à un auditeur, choqué du choix de cet auteur controversé pour ses inclinaisons antisémites : "Le parcours est indéfendable mais il est l’inventeur d’une musique qui n’avait jamais été faite. Céline a inventé toute notre langue, un poète gigantesque, mêlé d’une horreur (...)Le problème, c’est que l’art a à voir avec l’horreur".

  • Légende du visuel principal: Fabrice Luchini © Radio France / Anne Audigier
Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.