François Hollande, ancien Président de la République, est l'invité du Grand Entretien de France Inter, avec Nicolas Demorand et Alexandra Bensaid à 8h20.

François Hollande revient sur la crise des "gilets jaunes" : "C’est une crise profonde qui remonte à loin".

L'ex-président parle d'une "colère qui s’est accumulée, mais elle n’était que le déclencheur" : "Le citoyen ne trouvait plus ce canal d’expression auprès des partis politiques. Il y a crise sociale, territoriale et institutionnelle".

Est-ce que François Hollande, en tant qu'ex-chef de l'état, est prêt à en prendre sa part ? "Sur les territoires j’ai fait une réforme que je pense juste, mais il y a des citoyens qui se sentent éloignés. Des politiques de pouvoir d’achat n’ont pas été à la hauteur de ce qui était attendu. Néanmoins moi j’ai redressé les comptes publics, j’ai été amené à faire des choix sur les politiques industrielles (CICE). On a exonéré les plus fortunés, et on a demandé à tous les autres de faire des efforts".

Je n’ai jamais voulu heurter la société française, jamais voulu la diviser. Lorsque se sont produits les attentats , j’ai veillé à un objectif : tenir debout ensemble. Donc je sais ce qu’est la fragilité d’une société

"À vouloir tout changer, le pays s’est arrêté. Quand on veut aller trop vite, le moteur s’arrête".

Avertissement face à la montée de l'extrême-droite

Face à l’extrême-droite : "On fait comme si c’était de la conversation, de la polémique de bas étage. Tout le monde, à commencer par moi, doit faire preuve de responsabilité", sans quoi "cela peut conduire à des solutions extrêmes.”

À l'approche des élections européennes

"Je ne m’intéresse plus à la vie des partis, du PS", avoue François Hollande qui conseille néanmoins aux responsables de "faire leurs choix, d’être eux- même". S’ouvrir à des personnalités ? "Il faut le faire avec son drapeau" estime l'ex-président qui veut que "les socialistes croient en eux-même."

La gauche et le socialisme ont des réponses pour organiser la vie politique, il n’y pas de parole qui ne soit qu’écologiste, tout ne se réduit pas à l’écologie

Quand au scrutin européen, il confie : "Je vais voter pour les socialistes, faut il encore qu”il y en ait... À quel groupe Glucksmann va-t-il s’inscrire?"

  • Légende du visuel principal: François Hollande © AFP / Joel Saget
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.