François Ruffin, député LFI de la Somme est l'invité du grand entretien. Il publie "Leur folie, nos vies" aux éditions Les liens qui libèrent.

François Ruffin intime de radicalement repenser l'économie post-Covid et affirme : "Macron a dit que c'était une folie de confier la santé au marché, mais ils [les hommes politiques ] l'ont construites, voulues !". Brandissant une poignée de terre il alerte : "Regardez la terre, sèche comme un caillou en Picardie, voilà ce qui doit faire le fond de nos existences. Or, on continue à foncer dans le mur en appuyant sur l'accélérateur (...) La folie c'est celle-là : on va dans le mur et on continue".

"Une crise comme le coronavirus, qu'est ce qu'on en fait? Un cauchemar orwellien avec des drones dans notre jardin ou on réfléchit? Moi j'espère ça"

"Ce qu'a montré cette crise c'est qu'ils sont incapables de diriger (...) pas par hasard, mais parce qu'ils sont habité par la main invisible du marché", estime le député de la Somme.

"À aucun moment dans cette crise, [Macron] n'a parlé d'égalité, de partage, de répartition, parce que c'est impensable dans son logiciel (...) l'état qui colmate est nécessaire mais là c'est 'Où on va demain?' : mais on va recommencer comme avant, y a pas de doute!".

"Changer de logiciel"

"Cette mondialisation qu'on condamne, on continue de la mettre en oeuvre, il faut aujourd'hui un changement de cap"

Et François Ruffin détaille son plan de relance, pour basculer d'une "économie de désirs" à celle des "besoins" : 

Une "rupture de confiance avec la police"

Réagissant aux nombreux mouvements de protestations qui secouent les États-Unis après la mort de George Floyd lors de son arrestation, François Ruffin estime que "c'est pas qu'une histoire américaine, il y a une rupture de confiance entre la police et la population, visible dans les sondages, due à une pratique intensive, moins répandue ailleurs, des contrôles d'identité".

  • Légende du visuel principal: François Ruffin © AFP / Lionel BONAVENTURE / AFP
Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.