Anne Hidalgo, maire de Paris, est l'invitée du grand entretien de Nicolas Demorand et Carine Bécard à 8h20.

Manifestations du 1er mai

Anne Hidalgo explique que comme toutes les semaines, elle était en cellule de crise. La maire de Paris raconte qu'il y a eu une tentative d’intrusion dans une école du 13e arrondissement. Pour elle, ce 1er-Mai a été "volé aux organisations syndicales et au mouvement social". Mais si elle constate qu'il y a eu des dégradations importantes, elle estime qu'elle étaient moins spectaculaires qu’à d’autres moments.  

"Ces scènes de violences, j’espère que c’est une parenthèse. "

L’attitude de la police

La maire de Paris n’avait pas un sentiment d’échec sur le travail de l’ancien préfet de police avec qui dit-elle "j’avais beaucoup travaillé". Pour elle, le changement n’est pas majeur. 

Au sujet de la violence dans les rues de Paris, "On est dans une situation extrêmement difficile. On n’en sort pas", estime -t-elle.

La maire de la capitale regrette que la question de la transition écologique n’est pas été saisie pour servir de transition politique au gouvernement. "Il manque une trajectoire et je pense que l’écologie doit être cette trajectoire." Elle ajoute qu'il faut par ailleurs un accompagnement social. 

Elections européennes

"Raphael Glucksmann est une personne authentique sincère, que j’aime beaucoup. Je veux le remercier d’avoir aussi fait ce geste vers le PS." explique Anna Hidalgo qui ajoute que cela permet d’entrevoir un nouveau chemin.

Espagne

Pour elle, la victoire des Socialistes, s’explique par le courage et une forme de génie de la part de Pedro Sanchez, "pendant des années on lui a dit qu’il n’y avait plus d’espoir. Il est allé dans tous les villages pour voir ce que les espagnols attendaient."

Elections municipales à Paris

Elle rappelle qu'il reste presque un an de campagne et de mandat. "Je suis à la tâche en tant que maire. Ça a été un mandat particulièrement éprouvant. J’ai encore du travail." 

Le périphérique à 50 kilomètres /heure

Anne Hidalgo explique que toute la représentation politique a fait cette proposition et précise t-elle "j’y suis favorable". Il faut étudier, concerté. Le rapport doit lui être rendu le 21 mai. "La vocation du périph, ce n’est pas de rester une autoroute urbaine." 

La maire de Paris explique que sur les 7000 chantiers, 700 seulement sont du fait de la mairie de Paris  liés à la ville. Pour le reste, il s'agit du gaz, de l'eau, de l'électricité. Paris est une ville ancienne qu’il faut entretenir. "Nous sommes dans une période de transition. Ce n’est pas facile d’abandonner ses habitudes", reconnait-elle au sujet de la voitures. "On ne va plus pouvoir continuer comme avant chacun dans sa petite voiture, c’est fini." 

Trottinettes

Les trottinettes électriques, "ces trottinettes électriques sur les trottoirs… Je les ai interdites. J’ai pris un arrêté d’interdiction". LA maire explique que l'on ramasse ces trottinettes qui sont posées n’importe où mais que beaucoup d’autres opérateurs arrivent et font n’importe quoi. Il faut un texte qui permette aux maires de sévir. "C’est inadmissible." Pour le moment il n’y a pas de lois sur les trottinettes, précise-t-elle.

Saleté à Paris

"Les quartiers populaires méritent toute notre attention". Sur la question de réfugiés et des migrants, "nous sommes abandonnés". 

Notre-Dame

Au sujet de l'incendie de notre Dame, la maire précise "Je suis plutôt conservatrice sur la question de Notre-Dame."

  • Légende du visuel principal: Anne Hidalgo © AFP / Vanessa Carvalho
Les invités
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.