Jeanine Cummins, écrivaine américaine, auteure du roman "American dirt" (Philippe Rey), est la première invitée d'une série d'entretiens consacrés aux États-Unis, ce vendredi à 8h20 avec Nicolas Demorand et François Busnel.

Jeanine Cummins
Jeanine Cummins

Dans son roman "American Dirt", Jeanine Cummins décrit la situation des migrants américains, qui tentent de traverser la frontière mexicaine. Si elle explique ne plus croire que les États-Unis peuvent être un asile, un refuge, elle raconte avoir été surprise par les migrants qu'elle a rencontrés pour préparer son livre : "Ce qui m'a surpris, c’était de voir que ces migrants que j’ai rencontrés n’avaient absolument pas d’illusions sur ce qui les attendait à leur arrivait aux Etats-Unis. Et pourtant, ils ont gardé espoir. Et ça, c’est dû en partie à la gentillesse, à tous ces petits actes d’héroïsme rencontrés sur leur chemin. Sans oublier la solidarité qui existe entre eux, aussi. De part et d’autre de la frontière, il y a des gens qui font tout ce qu’ils peuvent pour essayer de protéger les personnes vulnérables", raconte-t-elle. 

Pour elle, ce problème lié à la gestion de l'immigration ne date pas que des années Trump : "Cela fait très longtemps que cette politique est malmenée dans le pays, tout simplement parce que les gens, ça ne les intéresse pas, explique-t-elle. Il n’y a pas de volonté politique de vouloir changer les choses, ce qui pourtant ne serait pas très compliqué". Elle explique ainsi que, par son métier de romancière, elle espère aboutir à cette empathie "qui va amener le lecteur à regarder différemment certains problèmes". Dans son livre, elle explique ainsi que selon elle, bâtir un mur, "une barrière qui va empêcher les gens de rêver une vie meilleure, c'est insensé".

La sortie de son livre a provoqué une polémique, plusieurs écrivains d'origine hispanique ayant jugé qu'elle n'était pas légitime pour écrire sur le sujet. Jeanine Cummins rappelle d'abord que sa grand-mère était originaire de Porto-Rico : 

Cette histoire, c’est tout l’héritage de mon père. Vous savez, quand on vit aux Etats Unis, on est toujours un mélange de quelque chose

Mais surtout, elle défend le fait que son métier de romancière lui permet "d'imaginer la vie des autres", tout en expliquant comprendre la source de la polémique : "Lorsque ce livre a été encensé, il faut le dire, par le monde de l’édition, ils avaient cette frustration qui a explosé : ils se sont dit que ça faisait des années qu’ils essayaient de raconter leur histoire et que tout le monde s’en moquait. Et cette femme qui arrive, elle n’est pas réfugiée, elle n’est pas migrante, elle n’est pas latino". Jeanine Cummins dit donc espérer que le monde de l'édition ait commencé, après le succès de son livre et la polémique qu'il a engendré, à "réfléchir à ces problèmes d'inégalités". 

Lorsqu’on a des privilèges, qu’on est un privilégié, est-ce qu’on se tait, est-ce qu’on laisse faire, ou est-ce que justement parce qu’on a une situation privilégiée, on va essayer de faire avancer les choses dans le sens de la justice ?

Pour l'écrivaine, si Trump perd l'élection américaine, il contestera le résultat : "Malheureusement il est malin, c’est quelqu’un de très roublard, une partie de la population le suit dans un certain extrémisme qui est derrière lui, et qui va faire ce qu’on lui demandera de faire. Mardi soir, lorsque le modérateur a demandé à Trump de dénoncer la suprématie blanche, il est resté sans bouger. Ça veut dire quoi, concrètement ? C’est une menace ? Cet homme est une menace pour notre démocratie, mais je continue de croire qu’au final elle est la plus forte". 

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.