Bruno Latour, sociologue et philosophe, est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand à 8h20.

"Ce n’est pas une situation surprenante pour ceux qui ont travaillé sur l’histoire de la médecine, quand on laisse les microbes faire leur petit travail de mondialisation", analyse le sociologue et philosophe Bruno Latour.  

"Chaque pays donne, à cause de son système de santé et sa préparation, une virulence à ce virus. La virulence varie considérablement", estime-t-il. "La nouveauté, c’est la capacité qu’a le virus de profiter de la globalisation. Imposer un régime de viralité à M. Trump et M. Macron en quelques semaines c’est assez stupéfiant."

"On a un arrêt général brusque et il serait terrifiant de ne pas en profiter pour infléchir sur le système actuel", poursuit Bruno Latour. "On disait qu’il était impossible de tout arrêter, on l’a fait en deux mois. On se rend compte que brusquement, on peut tout arrêter et que les États peuvent s'imposer. Si on ne profite pas de cette situation incroyable pour voir ce qu’on garde ou pas, c’est gâcher une crise, c’est un crime."

"En décembre, on allait vers une autre catastrophe qui est la mutation écologique. Malgré la situation tragique que nous vivons, elle est moins tragique pour les gens qui s’intéressent à la mutation écologique", analyse le philosophe et sociologue.   

  • Légende du visuel principal: Bruno Latour, photographié ici en 2010. © AFP / Miguel Medina
Les invités
  • Bruno Latouranthropologue des sciences et directeur du médialab de Sciences Po Paris
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.