Le gouvernement fait face à une crise majeure après les violences du 1er décembre. Benjamin Griveaux, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, porte-parole du gouvernement, est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20.

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a ouvert ce lundi la porte à un dialogue sur la taxe carbone. 

Alors que le gouvernement avait dit vouloir maintenir le cap sur les hausses à venir des taxes sur le carburant, après les violences ce week-end lors de la troisième journée de rassemblement des "gilets jaunes", l'exécutif se montre désormais prêt à discuter davantage sur les méthodes de mise en place de la transition écologique.

En revanche, Benjamin Griveaux a balayé d'un revers de main la possibilité d'organiser de nouvelles élections. Dissoudre l'Assemblée nationale, comme le demandent Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ? "Ils le demandent depuis 18 mois" ironise le porte-parole du gouvernement, renvoyant l'une à "la politique qui fait vivre sa famille depuis 50 ans", l'autre sur ses prises de parole après le résultat du premier tour de l'élection présidentielle.

De même, Benjamin Griveaux estime qu'un référendum ne serait pas la solution, d'autant que trois mois de consultations sont prévus dans les territoires.

Sur les violences de ce week-end, Benjamin Griveaux a déploré que des "gilets jaunes" se sont laissés entraîner dans la violence et rappelle que l'un d'entre eux est toujours dans le coma, après avoir été heurté par une grille descellée du jardin des tuileries, à Paris, par les casseurs.

  • Légende du visuel principal: Benjamin Griveaux © AFP / Alain Jocard
Les invités
  • Benjamin GriveauxLe secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.