Le réalisateur de "1974, une partie de campagne" revient sur la mort de l'ancien Président Valéry Giscard d'Estaing.

Raymond Depardon, réalisateur du documentaire "1974, une partie de campagne"
Raymond Depardon, réalisateur du documentaire "1974, une partie de campagne" © AFP

Dans ce documentaire, Raymond Depardon a notamment filmé une scène mémorable de réunion sans langue de bois pendant l’entre deux tours : “Quand je suis rentré dans la pièce, tout le monde m’a regardé, fusillé du regard. Il a eu un geste formidable, il a dit : “Vous tracassez pas, c’est pour moi”. C’était nouveau à l’époque, parce que je filmais en continu, ça retrace mieux le réel de l’époque.”

Le film est finalement sorti... en 2002, parce que VGE en a bloqué la diffusion. “C’était nouveau à l’époque, parce que je filmais en continu, ça retrace mieux le réel de l’époque. Et c’était un peu quand dans les années 70 on s’entendait pour la première fois au magnétophone et qu’on détestait sa vraie voix.”

Le réalisateur rappelle aussi que Valéry Giscard d'Estaing adorait être seul par exemple au volant de sa voiture. "Il avait une technique formidable : quand il conduisait, il mettait une casquette de chasseur pour qu’on ne reconnaisse pas son crâne au feu rouge. Comme ça, il était plus discret dans les rues de Paris. On peut comprendre : c’est un monsieur de droite, qui avait envie de vivre avec son temps, par exemple en conduisant lui-même sa voiture.”

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.