Le président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius est l'invité du grand entretien à 8h20 à l'occasion des 60 ans de la constitution. L'ancien Ministre des affaires étrangères s'exprime également sur les questions environnementales et climatiques quelques jours avant la publication du nouveau rapport du GIEC.

Alerte rouge pour l'Humanité

Laurent Fabius qui a présidé la COP21 estime que "l’accord de Paris est formidable. Tous les pays du monde l’ont signé. Son application n’est pas à la hauteur. _Le monde brûle encore plus fort et nous le laissons brûler_. Bientôt la COP24 va regarder les conditions d’application de la COP21 ....Le président américain offre un billet de sortie à une série de pays. L’Humanité court à la catastrophe. Un certain nombre de dirigeants n’ont pas voulu comprendre de quoi il s’agit". 

Pour Laurent Fabius, "collectivement nous avons à faire des efforts rapidement, c’est maintenant en 2018-2020 qu’il faut faire de grands changements. Sur les transports, l’habitat, l’industrie et les économies d’énergie il y a des changements très importants à faire"

C’est une affaire pour aujourd’hui

Le problème de l’écologie c’est l’un des 2 ou 3 problèmes majeurs de notre temps ; chaque dirigeant doit le prendre à bras le corps. 

L'anniversaire de la Constitution française 

Emmanuel Macron se rendra le 4 octobre sur la tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises à l'occasion des 60 ans de la Constitution.  Avec ce voyage dans la Haute-Marne, le chef de l'Etat va lancer l'anniversaire de la Ve République, mise en place en 1958 par Charles de Gaulle qui en fut le premier président élu. Le président Macron se rendra ensuite au siège du Conseil constitutionnel à Paris où il prononcera un discours devant 200 invités dont une quinzaine de chefs de Cours suprêmes étrangères, selon Laurent Fabius. 

Laurent Fabius explique que le Conseil consitutionnel est une institution qui a changé de fonction. Au départ c’était "le chien de garde du gouvernement contre le parlement", aujourd’hui il veille à ce que les lois soient conformes à la Constitution et précise que dans la réforme en attente il est prévu que les anciens présidents ne siègent pas. 

Surtout en période de populisme, il faut qu’il joue son rôle

Dans ces périodes de "populisme et brutalisme, nous la France nous devons résister à cela, et la conformité au droit est un élément de résistance". En Pologne par exemple,  "les conseils constitutionnels sont les premiers attaqués car ils sont les garants du droit" . 

Tous les pays qui croient aux droits fondamentaux doivent être solidaires

Pourquoi la démocratie est-elle déceptive comme le disait Emmanuel Macron, manque-t-il un roi ? 

Laurent Fabius : "C’est la vieille théorie des deux corps du roi ; c’est vrai qu’il y a toujours cette aspiration à un pouvoir fort  mais la démocratie c’est un équilibre, et je ne suis pas triste d’avoir quitté la politique". 

"La difficulté objective c’est que les lois sont bavardes. Le parlement, la liberté de paroles est essentielle. Le conseil constitutionnel est appelé à trancher ces questions. Il faut que le parlement vive, et en même temps, il faut faire en sorte que les débats ne s’ensablent pas"

Au sujet de l'affaire Benalla, et de la commission d'enquête du Sénat qui l'a convoqué pour s'expliquer en tant que conseiller du président de la République : "Le président de la République, un commission d’enquête parlementaire ne peut pas convoquer le président. Mais pour les conseillers, les pratiques ont été différentes. Il est possible que nous soyons amener à trancher cette question. Si  nous sommes saisis nous la trancherons"  

Légende du visuel principal:
Laurent Fabius © AFP / JOEL SAGET
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.