Yann Arthus-Bertrand, photographe, documentariste et militant écologiste et Mathilde Imer, co-fondatrice du collectif des Gilets Citoyens, membre du comité de gouvernance de la Convention citoyenne pour le climat sont les invités du Grand entretien de France Inter.

À 73 ans, Yann Arthus-Bertrand, photographe de "La Terre vue du ciel", a arrêté de prendre l'avion : "J’étais devenu l’exemple de l’incohérence dans laquelle on est tous". À propos de Greta Thunberg, il estime que c'est "LA personne qui nous fait réfléchir". Et démontre aussi qu'il est passé maître dans le décompte de son bilan carbone, expliquant qu'un "aller-retour Paris New-York, c'est 1,5 tonnes". "Ne plus prendre l’avion, j’espère que ce ne sera pas définitif" avance aussi celui qui dit s'être beaucoup fait "taper dessus" dans sa vie, et avoir aussi "émis énormément de carbone".

Mathilde Imer explique : "On est tous dans une dissonance cognitive énorme. On a tellement tardé a faire la transition écologique qu’on est obligé d’avoir un changement radical. Arrêter de prendre l’avion c’est pas suffisant, mais c’est symbolique. 

"On ne veut plus d’un monde où on nous vend beaucoup de biens et pas beaucoup de joie."

"C’est aux citoyens de placer le curseur. Les gens aujourd'hui ne sont pas prêt parce qu’ils le vivent comme liberticide (...) Par exemple, les gilets jaunes sont les premiers piégés par cette transition écologique qui n’a que trop tardé."

"Arrêtons de penser que c’est la faute de Trump qui a quitté les Accords de Paris ou ceux du Brésil"

"Un monde a +2° et un monde à +4° ça n’a rien à voir : un monde à 4°, c’est un monde de guerre"

"On est toujours dans ces contradictions permanentes, mais ça n’empêche pas de le dire. C’est ma génération qui est responsable de ce qui est en train de se passer maintenant" poursuit le photographe.

"C’est ch***t à lire les rapports du GIEC mais il y a un gros enjeu [l’urgence]", poursuit Mathilde Imer. "Les 150 citoyens [de la Convention citoyenne pour le climat] n’arrête pas de se battre pour une plus grande médiatisation : c’est compliqué, parce que c’est quelque chose d’inédit (...) La question c'est : qu'est-ce-qu'on va faire de ces conclusions ? Le gouvernement va se retrouver au pied du mur". 

"Croire qu’on dépossède les élus de leurs pouvoirs, c’est ne pas avoir compris la crise dans laquelle on est"

"On est dans une société qui a un niveau d’éducation beaucoup plus élevé qu’avant, et qui a pris l’habitude de donner son avis".

  • Légende du visuel principal: Yann Arthus Bertrand © AFP / Photo12 / Philip Conrad
Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.