Invité lundi matin de France Inter, Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères reconnait Juan Guaido comme le "président par intérim" du Venezuela et estime qu'il est "habilité" à organiser de nouvelles élections présidentielles dans le pays.

Alors que l'ultimatum lancé par l'Europe au Venezuela est arrivé à son terme, Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, a estimé lundi matin sur France Inter que le président de l'Assemblée nationale Juan Guaido était "habilité" à organiser de nouvelles élections présidentielles. "Il est président par intérim" a reconnu le ministre français soulignant que contrairement au président Maduro, l'élection de Guaido à la tête du parlement vénézuélien n'a pas été contestée depuis qu'elle a eu lieu en 2015. "Il faut sortir de cette crise par une élection présidentielle complètement légitime" a ajouté Jean-Yves Le Drian en précisant que les pays européens allaient se réunir aujourd'hui et estimant que "seules des élections libres pourront permettre d'avoir une autorité et une démocratie retrouvée". Est-ce de l'ingérence ? Non répond le ministre, "c'est une tentative de faire en sorte que cette crise se règle dans le calme". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le retour des djihadistes français ? 

Interrogé sur le nombre de djihadistes français susceptibles de revenir en France, Jean-Yves Le Drian refuse de donner un chiffre précis : "Je trouve étonnant que des chiffres sortent. Ce que je peux vous dire, en tout cas, c'est qu'on n'en a pas fini avec le terrorisme et les djihadisme". Il estime qu'il y a, en plus, des cas bien différents. "Il y a des combattants à la frontière entre l'Irak et la Syrie, sous la bannière de Daesh, et puis une bombe a retardement, la zone d'Idlib a l’ouest de la Syrie, où, au 3 millions de personnes se retrouvent avec au milieu 30 a 40 000 combattants dont des français". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Jean-Yves Le Drian © Radio France / Anne Audigier
Les invités
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.