La députée LFI de Seine-Saint-Denis est l'invitée du grand entretien du 6/9, au micro de Pierre Weill.

"Steve n'aurait pas dû mourir", a déclaré lundi sur France Inter Clémentine Autain. La députée LFI est revenue sur la mort de Steve Maia Caniço le soir de la fête de la musique à Nantes, pendant un concert en bord de Loire où la police est intervenue. Le corps de l'animateur périscolaire de 24 ans a été retrouvé la semaine dernière dans le fleuve.  

"Il y a eu un déploiement hallucinant des forces de l'ordre", estime Clémentine Autain, qui met en cause les donneurs d'ordre. "Aujourd'hui, on est dans un système qui vise à empêcher de militer, de contester, de revendiquer (...). Ce qui est en cause, c'est la stratégie de maintien de l'ordre. Elle crée une escalade de la violence, dangereuse pour les manifestants, pour la démocratie, et qui met aussi les policiers en grande difficulté".

Saura-t-on un jour toute la vérité sur ce qui s'est passé cette nuit là, quai Wilson, à Nantes? Clémentine Autain a rappelé que La France insoumise réclamait l'ouverture d'une enquête parlementaire. "Dans notre pays, on ne peut pas s’habituer à ce niveau de brutalité et d’impunité", martèle-t-elle.

Interrogée sur les dégradations de permanences parlementaires, Clémentine Autain estime qu'il faut y voir le signe "d'une crise des médiations et de la possibilité d'être entendu". "Je n'ai pas le sentiment qu'Emmanuel Macron et son gouvernement soient à l'écoute des contestations de ce pays. Au contraire", insiste la députée.

Pour elle, le Ceta est "un scandale autrement plus grave que les permanences saccagées"

C'est un traité nouvelle génération qui vise à accroître les échanges (...) à un moment où le réchauffement climatique va à une allure qu'on aurait même pas imaginé, où tout le monde dit qu'on ne peut pas continuer ce modèle de développement

Deux jours après les fusillades qui ont fait 29 morts aux États-Unis, Clémentine Autain a fait le lien entre l'attaque d'El Paso et l'attitude de Donald Trump vis à vis des minorités. "Il y a un lien entre l’idéologie qui sous-tend cette attaque ciblée contre des hispaniques et les propos suprémacistes tenus régulièrement par le président américain, qui a fait campagne sur des propos racistes, sexistes, homophobes, a déclaré la députée La France insoumise. Bien sûr qu'il y a un déséquilibre mentale chez la personne qui utilise des armes. Mais il y a aussi une responsabilité politique".

  • Légende du visuel principal: La députée Clémentine Autain, à l'Assemblée nationale, en mars 2018. © AFP / Philippe Lopez
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.