Edouard Philippe, Premier ministre, est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand à 8h20.

Le Premier ministre a réaffirmé ce matin la volonté du gouvernement de réformer le ferroviaire. Oui, assure Edouard Philippe ce matin au micro de Nicolas Demorand, l'ouverture à la concurrence aura bien lieu et le recrutement au statut sera supprimé.

Pour autant, Edouard Philippe assure que la discussion est ouverte, laissant la porte ouverte aux négociations avec les syndicats alors que les premiers jours de la grève initiée par les syndicats de la SNCF ont été particulièrement suivis.

Affirmant que l'entreprise ferroviaire n'est pas "à la hauteur", le Premier ministre refuse de prendre un engagement du gouvernement sur l'absorption de la dette de la SNCF "tant que la situation" restera inchangée. Sous entendu, tant que la réforme n'aura pas été menée.

Toujours sur les grèves, mais cette fois-ci à l'université, Edouard Philippe a condamné les violences, toutes les violences, que ce soit de la part des étudiants, de milices extrémistes ou de la part des forces de l'ordre. Interrogé sur le maintien des examens ou leur annulation avec une note moyenne pour tous les étudiants, le chef du gouvernement assure qu'ils auront "évidemment" lieu.

Sur le report du vote de la réforme institutionnelle, prévue initialement cet été, Édouard Philippe assure ne pas jouer la montre pour négocier avec les parlementaires les plus récalcitrants, mais dit vouloir prendre le temps de mener à bien cette réforme, justifiant un étalement du calendrier.

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.