Gérard Larcher, président du Sénat, est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20.

Le président du Sénat, le LR Gérard Larcher, qui avait soutenu François Fillon pendant la campagne présidentielle, a réagi ce matin à l'annonce du gouvernement d'une évaluation, à l'automne 2019, de l'impôt sur la fortune immobilière (l'IFI), ce dispositif qui a remplacé l'impôt sur la fortune (l'ISF), avec un éventuel retour en arrière. Ironisant sur cette évaluation, qui était déjà prévue par le Sénat, puisque c'est son rôle, rappelle Gérard Larcher, il explique aussi souhaiter, aujourd'hui, que le dispositif soit maintenu, sauf si son inefficacité était avérée.

Gérard Larcher qui appelle Emmanuel Macron à aller bien plus loin qu'un moratoire de six mois sur la taxe carbone et qui parle même "d'annuler" cette dernière, ou du moins d'en geler les hausses sur l'intégralité de l'année à venir.

Le président du Sénat qui appelle, d'une part, les manifestants aux mobilisations pacifiques samedi prochain, mais qui interpelle surtout le ministre de l'Intérieur sur sa capacité à assurer le calme et l'ordre.

Pour répondre au mal-être des Français, mis en exergue par les revendications des "gilets jaunes", Gérard Larcher appelle à s'appuyer sur les élus locaux, et notamment les maires de France, qui sont le maillon le plus au contact des difficultés quotidiennes des gens. Pour lui, le gouvernement, avec sa réforme de l'intercommunalité, méprise ces élus locaux.

Interrogé par un auditeur sur la vision du Sénat par les citoyens, Gérard Larcher a défendu le rôle de l'institution et alerte le gouvernement sur un recours trop systématique aux ordonnances qui court-circuitent le pouvoir du Parlement, Assemblée générale comme Sénat et qui, in fine, font perdre foi en la démocratie telle qu'elle existe aujourd'hui.

Légende du visuel principal:
Gérard Larcher © AFP / Joel Saget
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.