Brune Poirson, Secrétaire d'État auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, est l'invitée du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20.

L'interdiction de la destruction des invendus

Le gouvernement a annoncé que la destruction des invendus non alimentaires (vêtements, électroménager, produits d'hygiène ou de beauté, etc.), un des cas emblématiques du gaspillage, va être interdite d'ici deux à quatre ans en France. 

Pour Brune Poirson, il s'agit avant tout de "lutter contre la surproduction. L’autre objectif c’est de favoriser la solidarité'. 

Brune Poirson veut réformer les entreprises privées en charge de la gestion de la fin de vie des déchets, pour qu’elles atteignent leurs résultats. 

Plastique : recyclage et réemploi au programme

Chaque année un Français jette 70 kilos de plastique. 

Il faut réduire la quantité de plastique que nous utilisons

Si elle considère que, pour certains usages, le plastique reste incontournable, il y a des mesures envisagées pour imposer plus de recyclage, qui ne concerne en France que 26% des plastiques.

La secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire rappelle que "la France s’est battue pour interdire les plastiques à usage unique". 

Désormais, il faut encourager le réemploi, car "ça fait partie des missions des entreprises qu'on appelle les éco-organismes". 

Le recyclage c’est pas la panacée donc on veut promouvoir le réemploi

Le plastique recyclé doit être moins cher 

Pour Brune Poirson, "les produits qui ont un moindre impact sur l’environnement doivent être accessibles aux plus modestes".

Un produit meilleur pour l’environnement doit être moins cher. 

Selon elle, une baisse de la TVA pour les produits plus vertueux, n'est pas assez efficace car la baisse de TVA n’est pas répercutée. "Donc l’option c’est de mettre le nez dans la façon dont travaillent les entreprises privées", dit-elle. 

Les fabricants versent à des entreprises privées une somme pour qu'elles gèrent la fin de vie des produits ; actuellement, cette somme est la même pour un bon ou mauvais produit. Or, Brune Poirson défend l'idée d'un bonus pour les objets en plastique recyclé. 

Elle prend l'exemple d'une bouteille de shampoing : "Il faut envoyer un signal prix positif pour les produits vertueux, moins pire que les autres."

Actuellement qu'elle soit en plastique recyclé ou non recyclé, c’est le même prix. Nous voulons que la bouteille en plastique recyclé soit moins chère. 

"Il n’y a pas de cynisme de notre part" 

Brune Poirson s'énerve à la question d'un internaute sur le cynisme du gouvernement, et le réveil écologique survenu après la démission de Nicolas Hulot. 

Il n’y a pas de cynisme de notre part

"Pardon, J’ai une petite fille de 4 ans, vous croyez que je me lève le matin en me disant 'comment je vais polluer le plus la planète' ? Vous croyez que c'est ça le but ?" 

"Depuis la démission de Nicolas Hulot, on nous fait un procès en insincérité. Il y a plusieurs types de personnes politiques. Ceux qui lancent des alertes et ceux qui rentrent dans la mécanique des choses pour essayer de changer les choses."

Interrogée sur une taxe sur le kérosène, elle répond qu'une taxe française ne serait pas efficace, car contournée facilement par les compagnies aériennes. Les avions feraient le plein dans les pays voisins. 

Macron a réuni un one planet lab  pour influencer les autres états et les convaincre de faire une taxation sur le kérosène. Ça ne suffit pas, il faut aussi repenser la façon dont on fait les choses. Il n'y a pas que la taxe kérosène. Pourquoi on ne changerait pas les avions ? 

Doit on interdire les vols intérieurs ? Réponse de Brune Poirson : "Je pense que personne n'est obligée de prendre l’avion. Je rappelle qu'il y a des territoires enclavés. J’aimerais que ces personnes parlent de mobilité du quotidien. Comment faire Marseille-Apt ou Marseille-Carpentras, c’est ça les vraies questions, c’est plus dur que les effets de manche". 

#leplastiquenonmerci

Dans le cadre de la Journée mondiale de l’environnement le mercredi 5 juin, France Inter et Konbini consacrent une deuxième journée au plastique, véritable fléau pour le climat, les écosystèmes marins et notre santé. 

  • Légende du visuel principal: Brune Poirson © AFP / Ludovic Marin
Les invités
  • Brune PoirsonSecrétaire d'État auprès du ministre d'État à la transition écologique
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.