Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement est l'invitée du grand entretien à 8h20.

Réforme des retraites 

"C'est une réforme qui sera présentée dans le courant de l’année 2020", a indiqué Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, au sujet de la réforme des retraites. "Dans l’exécutif, il y a un patron, c'est le chef du gouvernement. Édouard Philippe est celui qui donne le La", a-t-elle rappelé, interrogée sur les informations contradictoires données parfois par des membres du gouvernement sur le calendrier. Elle a ajouté qu'il faudra "quelques mois pour mener à la fois la concertation, la négociation mais aussi pour débattre avec les Français". 

"Toutes les questions sont sur la table", a déclaré Sibeth Ndiaye. La porte-parole du gouvernement signale qu'il faudra discuter des raisons pour laquelle on fait cette réforme. Aujourd'hui rappelle-t-elle, l'âge légal est à 62 ans, "mais une femme sur cinq attend 67 ans, car elle a fait des pauses pour élever ses enfants, ou fait du temps partiel, il y a un  forme d’hypocrisie". 

"Avec les gilets jaunes, on nous a passé une grosse soufflante", pour dire “nous aussi on voudrait être associé à la réforme, et bien maintenant, [le gouvernement répond] on vous met dans la cuisine avec nous”. Elle précise que les organisations patronales et syndicales seront associées à l'organisation du débat. 

Questionnée sur l'âge pivot et la durée de cotisation, elle invite à lire attentivement le rapport Delevoye. "Il faut discuter catégories par catégories, de la manière dont on fait tout converger. Il n’y a pas de tabou sur la durée de cotisation. Mais à quels Français vous allez faire croire qu'avec l'allongement de la durée de la vie, on va travailler moins longtemps ? C'est ridicule".

Villani candidat à Paris : "je suis déçue"

Cédric Villani, candidat malheureux à l'investiture LREM à la mairie de Paris face à Benjamin Griveaux, a annoncé officiellement mercredi qu'il se présentait en dissident aux municipales dans la capitale.

"J'exprimerais beaucoup de déception humaine vis-à-vis de Cédric Villani (...) Je suis déçue parce qu’il avait pris un engagement, de s’engager dans un processus de désignation, et finalement il ne respecte pas la parole donnée, donc c’est un peu décevant humainement", a-t-elle commenté, rappelant qu'il avait été élu député grâce à LREM.

De l'argent pour aides les femmes victimes de violences

Interrogée sur le budget accordé en France à l'égalité femmes-hommes, [l’état donne 530 millions d’euros pour l’égalité entre les femmes et les hommes], Sibeth Ndiaye compare avec la situation en Espagne : "en Espagne, avec le même calcul,  le gouvernement annonce une intention d’un milliard d’euros, cela comprend aussi l’encouragement au sport féminin (...) Pour la lutte contre les violences, on met sur la table 79 millions d’euros aux associations qui accompagnent les femmes victimes. Mais s'il suffisait de mettre plus d’argent sur la table, pour éviter le meurtre d'une seule femme, évidemment que nous le ferions". Sibeth Ndiaye rappelle que c'est aussi les mentalités qu'il faut changer, la preuve a été faite avec l'épisode du gendarme qui a refusé d'aider une femme menacée à récupérer ses affaires chez elle.

Aéroport de Paris : que devient le RIP ? 

La procédure de référendum sur la privatisation d'ADP, lancée à la mi-juin, a recueilli jusqu'à présent 713.000 signatures, soit 15% environ du total nécessaire, selon un décompte publié jeudi par le Conseil constitutionnel.  Les promoteurs du référendum ont jusqu'au mois de mars 2020 pour rassembler les quelque 4,7 millions de soutiens requis - 4.717.396 précisément, soit 10% du corps électoral. Interrogée par un auditeur sur l'absence de communication et d'encouragement de la part du gouvernement sur ce référendum, elle répond que "c'est aux associations de faire la promotion".

  • Légende du visuel principal: Sibeth Ndiaye © AFP / Ludovic marin
Les invités
  • Sibeth NdiayeSecrétaire d'État auprès du Premier ministre, porte-parole du Gouvernement
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.