Julien Dray ancien député PS, conseiller régional d'Ile de France répond aux questions du grand entretien de 8h20.

Julien Dray au micro de Pierre Weill le 1er août 2016
Julien Dray au micro de Pierre Weill le 1er août 2016 © Radio France

Julien Dray, ancien député PS de l'Essonne, conseiller régional d'Ile de France est l'invité du Grand entretien. Pourquoi se présente-il en tête de liste du PS aux élections européennes  ? Comment conçoit-il l'avenir du parti socialiste ? Quelle vision porte-il sur la politique européenne actuelle ? 

Le scrutin européen se tiendra en France le 26 mai 2019, dans un contexte chamboulé depuis la dernière échéance par l'émergence de La République en marche (LaRem), la formation pro-européenne d'Emmanuel Macron, et les recompositions à droite et à gauche, avec notamment le recul historique du PS en 2017.  Le candidat socialiste à la dernière présidentielle, Benoît Hamon, a échoué au premier tour avec 6,36% des voix et, dans la foulée, le parti a vu fondre le nombre de ses députés, passé de près de 300 à une trentaine après les législatives.

Julien Dray est -il trop vieux ? 

Interrogé sur son âge et la carrière politique passée, Julien Dray répond :

Pourquoi ce ne serait pas sérieux ?  Le renouvellement n’interdit pas l’expérience.  Il y a une liste, dans laquelle il peut y avoir rajeunissement et féminisation. L’expérience c’est plus utile à 63 ans qu’à 26 ans.

Quelle Europe ? 

Selon lui l’Europe traverse une crise grave. "Nous sommes les enfants gâtés de la construction européenne. On voit resurgir des choses qu’on avait oublié, comme entendre parler le leader autrichien d’axe, quand en Italie on vante le passé mussolinien". 

La construction européenne n’a pas répondu à toutes les attentes. L’Europe c’est l’euro… c’est le libre échange,  plus difficile pour les êtres humains. Il n’y a pas eu l'Europe sociale. 

Je propose la mise en place de l’allocation univ pour les jeunes, dotation universelle, financée par les GAFA

Julien Dray : "Il faut rompre avec le modèle productiviste. Si on met en place une politique de lutte contre le réchauffement, c’est des millions d’emplois à la clé." 

Julien Dray estime que les suggestions de Jean-Luc Melenchon qui veut sortir de tous les traités ne sont pas sérieuses. 

"La gauche doit se réapproprier la construction européenne sur des bases nouvelles. Je suis pour assumer le passé, mais pas pour les polémiques. Quand la gauche se divise, là c’est la vraie droite. La politique fiscale aujourd’hui et celle de la gauche, c’est pas pareil. Je suis un bon marxiste, je préfère un pas en avant que mille programmes." 

Emmanuel Macron n'était pas de gauche

Pour Julien Dray, Emmanuel Macron s’est pris les pieds dans le tapis de l'Europe. Sur le plan national, "le discours dangereux est celui qui élimine une partie de la société par rapport à un autre"

Avec qui faire campagne ? 

S'il est désigné tête de liste , qui travaillera avec Julien Dray ? Hamon, les Verts ? 

Mes adversaires ne sont pas à gauche.

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.