Quelles alternatives peut-on offrir aux mesures judiciaires les plus répressives pour les mineurs ? Axelle Vinassac, dont le documentaire "Les démons de Ludivine" est diffusé sur Arte, et Jean-Pierre Rosenczveig, ancien président du tribunal pour enfants de Bobigny, sont les invités du grand entretien du 6/9.

Dans Les démons de Ludivine, diffusé ce mardi soir sur Arte, la documentariste Axelle Vinassac suit une adolescente de 15 ans, à qui la juge a offert une alternative au placement : une marche éducative de trois mois en Espagne. "L'association Seuil propose cette mesure à des adolescents qui sont souvent à un moment charnière, explique Axelle Vinassac, au micro de France Inter. Cela doit leur permettre de prendre du recul, le temps de la réflexion. Ludivine avait eu des problèmes de fugues, de violences. L'idée était de faire avec elle tout un travail pour aller plus loin. On a entrepris des jeux d'écriture, je lui ai aussi laissé un dictaphone. Au fur et à mesure, elle a réussi à mettre des mots sur sa souffrance"

Magistrat, ancien président du tribunal pour enfants de Bobigny, Jean-Pierre Rosenczveig confirme le diagnostic. "La plupart de ces jeunes sont en manque de relations humaines et de confiance en eux-mêmes. Dans le fait de marcher, ou de fabriquer des choses, on va les amener à se dépasser"

D'où l'importance, selon lui, de chercher des alternatives à "cette réponse un peu simpliste qu'est l'incarcération", avec une gamme de réponses pour chaque individu, permettant au juge de faire du "sur-mesure".

Alors que le gouvernement planche actuellement sur une réforme de la justice des mineurs en modifiant l'ordonnance de 1945, Jean-Pierre Rosenczveig estime que cette réforme "n'a strictement aucun intérêt". "La question est de savoir si les mesures prononcées par les juges vont enfin pouvoir être exercées. Et pour ça, il faut plus de moyens au service de la justice", plaide le magistrat. Avant d'ajouter : "L'urgence ça n'est pas de changer la loi, c'est de la mettre en oeuvre".

Jean-Pierre Rosenczveig souligne également au cours de l'entretien que même si le nombre de mineurs incarcérés s'accroît (843 aujourd'hui, contre environ 700 il y a deux ans), la délinquance juvénile, elle, n'augmente pas. "Elle représente aujourd'hui 13% de la délinquance globale, contre 24% en 1995. Mais il est vrai qu'elle est parfois plus dure, plus violente qu'elle n'a été", déclare-t-il.

Les démons de Ludivine d'Axelle Vinassac est diffusé le mardi 6 août, à 23h30, sur Arte. Le documentaire est disponible en replay sur le site Arte+7.

  • Légende du visuel principal: Jean-Pierre Rosenczveig est ancien président du tribunal pour enfants de Bobigny. © AFP / Damien Grenon
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.