Sophie Cluzel, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, est l'invitée du grand entretien de Nicolas Demorand à 8h20.

Sophie Cluzel à l'Assemblée nationale en mars 2018
Sophie Cluzel à l'Assemblée nationale en mars 2018 © AFP / Philippe LOPEZ

La secrétaire d'État en charge des personnes handicapées a défendu ce vendredi les objectifs du gouvernement en matière d'autisme. Parlant non plus d'un "quatrième plan" mais d'une "stratégie nationale" pour la prise en charge de ce handicap, Sophie Cluzel a expliqué vouloir non plus isoler les autistes dans des centres spécialisés, mais travailler sur leur environnement pour les insérer dans notre société.

La mesure clé de cette stratégie nationale ? Diagnostiquer le plus rapidement possible les enfants autistes pour mieux faciliter leur prise en charge, d'une part, mais aussi limiter leur handicap. Car, rappelle la secrétaire d'État, plus l'autiste est diagnostiqué précocement, plus la prise en charge est facilitée.

Mais pour cela, il faut aussi former les médecins généralistes, les pédiatres, tout le corps médical qui est le premier au contact des enfants, afin d'alerter plus rapidement.

La France doit en effet faire face à deux difficultés : aujourd'hui, établir un diagnostic prend du temps, plus d'un an, ce qui ne facilite pas la prise en charge. Dans les pays scandinaves, compare Sophie Cluzel, des actions sont mises en place alors que le diagnostic n'est pas encore stabilisé, ce qui permet d'agir rapidement.

L'autre enjeu, c'est de réduire le reste à charge des familles, des frais qui se limiteraient davantage en proposant précocement une prise en charge des enfants autistes.

Des enfants qu'il faut aussi scolariser davantage, en proposant aux enseignants les aides et les clés nécessaires pour accompagner le développement scolaire d'un enfant autiste.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.