Anne Larigauderie, secrétaire exécutive de l'IPBES et Isabelle Autissier, présidente du WWF France, sont les invitées du grand entretien de Nicolas Demorand et Alexandra Bensaid à 8h20.

"C’est alarmant, mais on ne veut pas décourager les gens", explique d'abord Anne Larigauderie : "On donne ce constat, la nature est en train d’être détériorée, on en connait les grandes causes, les conséquences mais aussi les solutions".

Isabelle Autissier déplore "une 6e extinction de masse" : "On est dans un rythme 100 fois supérieur à une moyenne, les ¾ de la terre et les 2/3 des océans sont impactés par l’activité des hommes, dans le mauvais sens"

Isabelle Autissier : "Imaginez la biodiversité comme un grand mikado : à force d’enlever des baguettes en bas, vous menacez les espèces, on déstabilise l’ensemble du système (...) La moitié de l’oxygène qu’on respire aujourd'hui vient du plancton. Sans ça, faudra apprendre à respirer une fois sur deux".

Anne Larigauderie : "On fait tous partie d’un même système, c’est à nous tous de trouver une solution à notre niveau, réfléchir à ce qu’on met dans notre assiette, moins gaspiller, manger des produits locaux."

C’est aux citoyens de trouver des solutions, au gouvernement d’encadrer. À chacun d’agir à son niveau, pour voir rapidement un effet, dans 10, 20 ou 30 ans

Isabelle Autissier déplore qu'il n'y ait pas assez de prise de conscience : "On veut des engagements des états mais aussi des entreprises".

Quel est le moment fondateur pour la prise de conscience de la biodiversité ? Anne Larigauderie estime que ce sera la COP15 en Chine en 2020  qu'elle attend comme "une conversation, un comportement qui va changer". Il y a-t-il un objectif raisonnable à atteindre ? : "Zéro perte nette de biodiversité en 2030", estime Isabelle Autissier, "pour essayer a minima de stabiliser, avoir aussi des endroits où on reprenne de la biodiversité, que la nature puisse reprendre ses droits sur cette planète".

A un auditeur qui demande à Isabelle Autissier comment concilier l’organisation des JO à Paris (à laquelle participer WWF) et la préservation de la biodiversité : "Le WWF ne soutient pas les JO mais essaie que cette candidature soit utile d’un pot de vue environnemental, que cela fasse changer les fondamentaux de la région parisienne, permette de mettre en place une filière".

Pour Isabelle Autissier, en France, la biodiversité n’est pas protégée à la hauteur de la menace : "La question des pesticides n’est pas réglée (...) En 10 ans, on a mis 500 millions d’euros pour diviser par deux les pesticides mais on les a augmenté de 10%. Il y a quand même un petit problème (...) On a l’impression qu’on repousse les décisions, j’attends des annonces plus claires".

  • Légende du visuel principal: Biodiversité © AFP / Jean-Christophe Verhaegen
Les invités
  • Isabelle AutissierNavigatrice, Présidente de la branche française du World Wide Fund for Nature(WWF), animatrice radio
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.