Pierre-Henri Tavoillot, philosophe, président du collège de philosophie, auteur de "La morale de cette histoire" (Michel Lafon) et Bertrand Badie, professeur émérite à Sciences-Po Paris, auteur de "Inter-socialités - Le monde n'est plus géopolitique" (CNRS), sont les invités du Grand entretien.

Malgré l'intrusion de militants pro-Trump au Capitole dans la nuit de mercredi à jeudi, la certification de l'élection de Joe Biden par le Congrès américain a pu avoir lieu. Victoire de la démocratie? Pas si vite, répond l'un des invités du Grand entretien de France Inter, le politologue Bertrand Badie. "C’est un peu réducteur de se dire que la démocratie l’emporte. Biden n’est pas le contraire absolu de Trump, il hérite de la société américaine et des 74 millions d’américains qui persistent à voter pour ce dernier après quatre ans de mandat. Il faut en tenir compte", note-t-il. "Je pense aussi que le temps du politique pur est terminé, il est profondément marqué de l’empreinte d’un social pathologique, malade d’une mondialisation mal comprise et intégrée."

"L’essentiel", souligne le philosophe Pierre-Henri Tavoillot, "c’est qu’il ne s’agit pas d‘un coup d'État ni d’une révolution. Cela dit, il y a eu des attaques fortes sur deux points. La démocratie est par essence le fait de rendre le pouvoir, et il y a eu manifestement un raté. La démocratie c’est aussi la confiance électorale et là, Trump a fait ce dont Poutine et Xi Jinping rêvent : réduire la confiance en le système électoral américain. "

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Après cet événement inédit, Bertrand Badie estime que l'on a vu naître "le Trumpisme 2, un mouvement d’opposition, de contestation qui sort des logiques de pouvoir".  "Lorsque le populisme s’émancipe des institutions exécutives (qu’il occupait jusqu’à maintenant par le truchement du président Trump) il prend une forme beaucoup plus radicale et plus forte", poursuit-il soulignant qu'il ne fallait pas seulement prendre en compte les manifestants du Capitole mais aussi ceux qu'ils représentent : "Une majorité d'électeurs de Trump considèrent que l'élection a été truquée." 

  • Légende du visuel principal: Pierre-Henri Tavoillot et Bertrand Badie dans le studio de France Inter, le 8 janvier 2021. © Radio France / France Inter
Les invités
L'équipe