Dominique Cardon, professeur de sociologie à Sciences Po et directeur du Medialab de Sciences Po, est accompagné de Samuel Laurent, journaliste au journal "Le Monde". Ils sont les invités du grand entretien de Nicolas Demorand à 8h20.

Fake news
Fake news © AFP / Michel Stoupak

Alors que l'Assemblée Nationale a commencé à discuter de la loi sur les Fake News, Dominique Cardon, professeur de sociologie à Sciences Po et directeur du Medialab de Sciences Po, prévient : "Il y a un risque que [cette loi] soit utilisée par tous ceux qui se sentent exclus de l'espace public central, comme le signe d'une censure."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour Samuel Laurent, rien ne justifie cette loi "inutile et dangereuse", "faite par des gens désemparés" et qui rate, de plus, sa cible : l'économie qui soutient ces "Fake News."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour Dominique Cardon, "nous sommes persuadés que les Fake News ont élu Donald Trump, ou fait le Brexit, mais nous n'avons pas d'études convaincantes qui disent que les Fake News ont influé sur ces décisions". 

"Toujours les autres"

De plus, "ce qui est ennuyeux dans ce débat" ajoute le sociologue, c'est que cela contribue à refavoriser le sentiment d'être exclu d'un espace central, de gens qui se pensent être l'espace de la raison."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Twitter", explique le sociologue, "c'est 8 à 10% de la population, des gens qui sont très convaincus. Donc [ce sont] des conflits constitués dans un espace hyper idéologique (...) la réalité des Fake News, c'est sur des gens moins politisés."

"Une réalité alternative"

Sur les réseaux sociaux, rappelle Samuel Laurent, "le critère de valorisation, c'est le partage. Que la photo soit vraie ou pas c'est secondaire". Ce qui compte, selon le journaliste du Monde, c'est "d'avoir accès à une information qui va dans votre sens."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les invités
L'équipe