Anne Pauly, lauréate du prix du Livre Inter 2020, est l'invitée du grand entretien avec Eva Bettan et le Président du Jury Philippe Lançon.

L'auteure Anne Pauly est la lauréate 2020 du prix du Livre Inter pour son roman "Avant que j'oublie" (Ed. Editions Verdier.). 

Anne Pauly  : "je suis emplie d'émotion et de bonheur devant toute l'attention qui m'est portée". 

Le prix du Livre Inter a été attribué à la primo-romancière Anne Pauly pour "Avant que j'oublie" (Verdier), récit tragi-comique plein de tendresse et d'empathie racontant la maladie et la mort de son père.

"Je voulais rendre hommage à ce nobody qu'était mon père. Ça m' a énervée qu'il meure de manière anonyme dans un hôpital anonyme". 

C'est évidemment un "mausolée de mots", dit l'écrivaine. "Les objets, qu'est ce qu'il reste de la vie d'un homme, mais qu'est ce qu'on fait avec tout ça ?".

Choisi par 17 voix par le jury présidé cette année par Philipe Lançon, le roman d'Anne Pauly a figuré dans les sélections du Goncourt, du Femina et du Médicis. Il a été finaliste du Goncourt du premier roman et fait partie des 10 conseils de lecture pour l'été établis par l'académie Goncourt.

"Les débats ont été fermes mais pas âpres car il y avait de la bonne humeur dans la passion" explique le président du jury, Philippe Lançon. 

"La psychanalyse, et le master de création littéraire à Paris", lui ont permis de s'autoriser à écrire. 

La romancière est passée par le Master de création littéraire de l'université Paris 8 (animé notamment par Vincent Message - qui était également en lice pour le prix du Livre Inter - et Olivia Rosenthal). "Depuis l'enfance j'avais la certitude de vouloir écrire mais je ne savais pas quand et comment le faire", dit-elle.

"Mort du père, début de l'écriture, coïncidence, je ne crois pas". Didier Eribon et Annie Ernaux sont les écrivains qui l'ont inspirée en écriture.

"Anne Pauly c'est de la poésie de la caucasserie, elle est parfois cash et trash, elle a une voix, un souffle et une délicatesse, et j'ai succombé" dit Odile Benoit, l'une des membres du jury. 

"C'est un travail de dentellière", dit Philippe Lançon, "elle tisse quelque chose, avec une attention très précise au détail, tout ça est très bien serti".

"J'ai beaucoup souffert de la distinction entre haute culture et basse culture", dit Anne Pauly, raison pour  laquelle on trouve la référence pop à Céline Dion dans son roman. 

  • Légende du visuel principal: Anne Pauly, écrivain © AFP / Joel Saget
Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.