Lionel Naccache, neurologue, est l'invité du Grand Entretien de France Inter pour la sortie de son ouvrage "Nous sommes tous des femmes savantes".

Lionel Naccache a eu l'idée de ce nouvel ouvrage lors d'une représentation des "Femmes Savantes" : "Molière met en scène trois personnages féminins qui opèrent un clivage : l’apologie de la connaissance au prix d’une mise à l’écart d’une sexualité, sensualité, d’un rapport au corps (...) De ces rencontres [entre la connaissance et le corps sexué], va naître une transformation de soi."

Etre une femme savante, pour moi, c’est ne s’interdire aucune rencontre avec l’information ou la sexualité, mais au prix d’avoir momifié [sa] subjectivité

"C’est quelqu'un qui ne renonce pas aux rencontres, ni en connaissances, ni en sexualité, mais qui auparavant, s’est empêché de se transformer : c’est ça, pour moi cet aspect névrotique et contemporain" estime le neurologue.

Sur la société de l’information

"La plupart du temps, quand on accède à des informations qui sont nouvelles pour nous, le prix à payer pour nous, c’est qu’on risque de se transformer, de modifier nos croyances, nos a priori, nos jugements" explique Lionel Naccache.

La pensée complotiste

Sur la société de la connaissance

"C’est la rencontre avec l’information, qui va potentiellement entraîner une transformation de soi (...) On a une société qui facilite l’accès à l’info, mais on a pas réussi à bâtir une société qui prendrait en compte la façon dont la camera subjective de chacun d’entre nous est affectée par ces rencontres. Une société de la connaissance devrait davantage prendre en compte l’accompagnement de la transformation de soi" estime encore le neurologue.

Sur l'intrusion de manifestants à la Salpêtrière le 1er mai dernier

"Quand j’ai appris ce qui s’est passé, j’ai d’abord été horrifié" raconte Lionel Naccache, "s’il y a une utilisation, une manipulation dès le début, ça devient très préoccupant. La société de l’info veut aussi dire qu’on a une responsabilité plus accrue qu’auparavant."

Sur la relation amoureuse

Lionel Naccache veut donner "une bonne définition du ‘naturel’ selon les neurosciences :le cerveau sans le corps ne fait pas grand-chose, et le cerveau dans un corps sans d’autres interactions avec d’autres cerveaux dans d’autres corps ne fait pas grand chose : pas de langage, pas de conscience. La dimension propre de l’homme c’est d’être culturel."

Dans la relation amoureuse, "vous êtes capable d’apprendre des choses sur vous dans la manière dont quelqu'un d’autre est en train de vous représenter vous même : ça demande de la confiance." 

Aller plus loin

ECOUTER | Le neurologue a coanimé avec Mathieu Vidard tout au long de l'année une série de conférences sur le cerveau. 

  1. les secrets de notre mémoire, à réécouter ici !
  2. Les clés de l'attention et de la concentration
  3. Les mystères du sommeil

… Et retrouvez les podcasts à télécharger viaRSS ou sur iTunes, mis à jour tout au long de l'année avec de nouveaux thèmes. 

ECOUTER | Durant l'été 2017, Lionel Naccache proposait une chronique à l'antenne de France Inter : Parlez-vous cerveau (à réécouter ici

  • Légende du visuel principal: Lionel Naccache, neurologue à la Pitié Salpêtrière, publie "Nous sommes tous des femmes savantes" (éditions Odile Jacob). © Radio France / Radio France
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.