L'écrivain Kamel Daoud est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand.

C'est avec bienveillance et admiration envers les manifestants que Kamel Daoud livre ce vendredi sa lecture des mobilisations en Algérie contre le régime de Bouteflika.

Des mobilisations pacifiques, avec beaucoup de respect, qui protestent contre toute une génération de décolonisateurs qui se croient "éternels" et refusent de préparer la transition aux générations suivantes, une génération dont le président Bouteflika est l'incarnation.

Ce pacifisme, ce respect des manifestants et notamment des générations les plus jeunes montre, pour Kamel Daoud, une réappropriation de l'espace public qui était jusqu'alors contrôlé par le régime. Et si les plus jeunes protestent aujourd'hui contre le régime en place, c'est parce qu'ils n'ont pas connu la guerre d'indépendance, guerre qui a fortement marqué la génération de Kamel Daoud et qui explique, selon lui, pourquoi les révolutions passées ont été étouffées. Le régime, explique-t-il, a joué sur deux craintes : celle du souvenir encore douloureux de la guerre d'indépendance et celle de la promesse de chaos, de guerre civile, si le régime laisse la main.

Comparant la situation en Egypte, où la révolution a abouti sur une prise de contrôle du pays par des extrémistes religieux, Kamel Daoud estime que l'Algérie est plus mature, car elle a déjà été confrontée à ce "hold-up des révolutions" dans les années 1990. L'écrivain souligne d'ailleurs que les salafistes ont appelé à ne pas se mobiliser, car ils négocient aujourd'hui bien plus facilement avec le régime en place qu'avec la rue.

  • Légende du visuel principal: Kamel Daoud © Radio France
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.