Le député du Nord Adrien Quatennens est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20.

Pétain et Emmanuel Macron

"Ce qui devait être une itinérance est devenue une errance mémorielle", explique le député FI, au sujet du Philippe Pétain et des propos d’Emmanuel Macron.

Pour lui, Pétain a frappé d’indignité nationale et par conséquent, "Il a été complice de crime. Macron ne doit pas décider seul de réhabiliter Pétain. Il n’y a pas à tergiverser." 

Par ailleurs, le parlementaire estime que "Macron prend souvent quelques libertés avec l’histoire". 

Pour lui, cette sortie sur Pétain "c’est un couac de communication. Je me demande par ailleurs, s’il n’y a pas une volonté d’allumer un contre-feu face aux difficultés qu’Emmanuel Macron rencontre lors de ces déplacements."

Carburant

"J’en ai ras le bol de cette écologie de salon", tempête Adrien Quatennens. Pour le député, la justice fiscale et sociale doit être cohérente. "Si les gens n’ont pas le choix, ils prendront leurs voitures même si le prix des carburants augmente", poursuit-il.

À ses yeux, le bilan écologique de Macron, "c’est la loi sur les pailles en plastiques et les touillettes". 

Il rappelle qu’à la FI, "nous sommes pour la sortie du diesel mais il faut investir dans des alternatives, dans des transports gratuits. Il faut investir dans la planification écologique notamment en taxant les gros industriels, le kérosène, les voyages en croisière."

Les gilets jaunes

"Ça m’intéresse beaucoup", se réjouit-il. À la France insoumise, il explique qu’on regarde ces initiatives citoyennes avec bienveillance. "Ce n’est pas concurrent des partis politiques, tout cela se complète et est bienvenu." 

Policiers à l’école

"Une fois de plus, il faut une politique globale", explique Adrien Quatennens. "Il y a dans ces quartiers un sentiment d’abandon. La République a démissionné à beaucoup d’endroits."

Perquisitions chez la France insoumise

Au sujet des perquisitions, il y a trois semaines, "nous étions piqués à vif, nous avons parlé fort, nous étions en colère et ça s’est vu", souligne le député mais il faut pour lui "se poser la question de l’indépendance de la justice."

"Il va nous falloir un moment pour inverser la vapeur. On sort les rames pour sortir du 'il n’y a pas de fumée sans feu'."

Pour lui, il est possible de critiquer Jean-Luc Mélenchon. Simplement, le parlementaire du Nord souhaite "qu’on arrête de charger la mule. Je ne demande pas qu’on excuse mais qu’on comprenne. Notre diagnostic politique est-il adapté ? C’est ça la vraie question."

Légende du visuel principal:
Adrien Quatennens © AFP / Philippe LOPEZ / AFP
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.