Jean-Pierre Jouyet, haut fonctionnaire, ancien Secrétaire général de l'Élysée (sous François Hollande), ancien Directeur du Trésor, est l'invité du Grand entretien de France Inter. Il est l'auteur de "L'envers du décor - Dans l'intimité de nos présidents" aux éditions Albin Michel.

Dans ce livre, Jean-Pierre Jouyet raconte les coulisses du pouvoir, alors qu'il a été un grand commis de l'État et secrétaire général de l'Elysée : "c'est un livre de remerciement à l’État qui m’a permis d’occuper toutes ces responsabilités, à l’État- qui m’a donné la chance de fréquenter des personnalités aussi diverses". 

Il exprime une déception quant à sa relation avec Emmanuel Macron, dont à un moment il a eu le sentiment de n'être "plus fréquentable" à ses yeux, alors que c'est lui qui lui a ouvert les portes de l'Elysée. _"Il m’a toujours dit être à gauche et social démocrate, donc j’avais cette image-là, je pensais qu'Emmanuel Macron allait moderniser le pays, je vois aujourd'hui que ça a été une politique libérale, avec notamment la suppression de l’ISF".  Il constate "un certain isolement du pouvoir qui se trouve renforcé". _

Jean-Pierre Jouyet, défend le mandat de François Hollande : "ce mandat c’est la plus grande convention internationale pour la protection du climat, la cop21, le mariage pour tous, des centaines de milliers d’emplois créés, le sauvetage de la zone euro au moment de la crise grecque, et sur la Syrie il a été plus courageux qu’Obama". 

"L’histoire retiendra que ça a été un bilan injustement critiqué"

Revenant sur les élections présidentielles précédentes, il raconte les coulisses du couple Royal-Hollande en 2012 :  "C'était la première fois qu'un couple avait une candidate à la présidentielle de 2007 et ensuite un candidat en 2012" et suggère que Hollande a proposé à Ségolène Royal de "rentrer à la maison" si elle se retirait de la primaire. 

"Je n’ai pas vu la manière dont ils se sont arrangés" dit-il, et se justifie de faire de telles confidences en expliquant "j’ai fait ce livre pour montrer ce qu’étaient les politiques et que le privé et le public sont interpénétrés". 

Pour la prochaine élection présidentielle, Jean-Pierre Jouyet estime que François Hollande "sera présent dans la campagne, mais cela dépend de comment la gauche de gouvernement s'organisera en 2022". 

  • Légende du visuel principal: Jean-Pierre Jouyet, haut fonctionnaire © AFP / JEFF PACHOUD
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.