Croissance atone, taux d'intérêts négatifs : l'économiste Daniel Cohen plaide pour un changement de doctrine. "Les gouvernements doivent réfléchir d’une autre manière et saisir les opportunités de taux bas pour réaliser les investissements indispensables", a-t-il déclaré au micro de Frédéric Métézeau.

Sur France Inter, Daniel Cohen, directeur du département Économie de l'École normale supérieure, a décrypté le contexte économique actuel et ses enjeux. "Les taux d'intérêt négatifs, cela s'est vu dans les années 1930. C'est le signe d'une situation dégradée". Mais l'économiste y voit aussi une "opportunité" à saisir, pour les États. "L'obsession de réduire la dette n'a plus la même signification quand s'endetter signifie gagner de l'argent! Le rapport à l'austérité budgétaire doit être complètement revisité." 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Plutôt que de chercher à tout prix à raviver une croissance atone, les gouvernements doivent par ailleurs "réfléchir d'une autre manière" et  "saisir ces opportunités de taux bas afin de réaliser les investissements indispensables à la préparation du 21e siècle", a ajouté Daniel Cohen.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Interrogé sur la nomination de Christine Lagarde à la tête de la Banque centrale européenne, Daniel Cohen a répondu qu'elle "était quelqu'un qui avait l'expérience des crises financières", de par ses anciennes fonctions de ministre pendant la crise des subprimes ainsi qu'au FMI. "Mais ce sont les rapports de force qu'il faut disséquer, insiste-t-il. Avec Mario Draghi, on a vu à quel point il était important d'avoir quelqu'un capable d'aller contre le consensus. Aujourd'hui, il faut réinventer une politique monétaire et budgétaire d’un nouveau type. Cela va être le défi de Christine Lagarde"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Sur la façon dont l'exécutif a répondu au mouvement des Gilets Jaunes, Daniel Cohen y voit une réponse "très classique", un "vieux tic de droite", consistant à baisser les impôts. 

Ce gouvernement, comme beaucoup d’autres avant, répond aux demandes sociales par ‘je vous donne un chèque, fichez-moi la paix’. On passe d’une année à l’autre sans grande vision de ce qu’il faudrait faire pour redonner confiance aux Français

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Daniel Cohen © AFP / CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
L'équipe
Thèmes associés