David Joy, écrivain américain, auteur de Ce lien entre nous (Sonatine), est l'invité de la série de Grands entretiens consacrés aux États-Unis avec Nicolas Demorand et François Busnel.

Après quelques années d’enseignement, David Joy reçoit une bourse d’artiste du Conseil des arts de la Caroline du Nord. Son premier roman, Là où les lumières se perdent, remporte un franc succès et est finaliste du prix Edgar du meilleur premier roman en 2016.  David Joy vit aujourd’hui à Webster, en Caroline du Nord, au beau milieu des Blue Ridge Mountains, et partage son temps entre l’écriture, la chasse, la pêche et les travaux manuels.

Dans cette région se côtoient une population très pauvre, et des nouveaux venus, très riches, qui viennent installer des résidences secondaires en pleine nature. Ici la consommation de drogue est en expansion depuis le début des années 2000.  "On a eu une épidémie de drogue dans les Appalches qui date d'avant Donald Trump. Avant de mettre le blâme sur Trump, il faut faire porter le blâme au capitalisme américain. C'est quelque chose qui a commencé au début des années 2000." explique David Joy.

Interrogé sur la situation politique aux Etats-Unis, et l'évocation d'une "guerre civile", "c’est pas un fantasme" répond l'écrivain, "il n’y a pas d’ambiguïté du tout dans le soutien de Trump aux suprémacistes blancs, c’est l’alliance qu’il cherche".

Le racisme semble être ancré dans la société américaine, et "les pauvres blancs continuent de croire aux mensonges qui sont racontés, c’est dur de comprendre pourquoi ces gens continuent de croire qu'un vieux richard de New York pourrait les aider. Un type qui raconte qu’un mur va éviter l’émigration, pour protéger l’économie, aujourd’hui l’économie s’écroule, le taux de chômage commence a grimper de façon incroyable, et ils disent encore que c’est la faute des Mexicains, et ce qui me déglingue c’est que les gens le croient."

"Ici tout a un truc raciste"

Quant à la présence des armes dans la société américaine, elles sont plus que jamais présentes. "On a eu des armes, on a toujours eu des armes, et c'est un grave problème" explique David Joy. Son 9mm est dans son camion alors qu'il est sur le campus américain où il travaille. "Ici", précise-t-il, "on a vendu plus d'armes dans les quatre derniers mois que depuis des années. On ne peut même plus acheter de munitions. On peut trouver des armes à feu".

En tant qu'écrivain, il estime que le rôle de l'artiste, de l'auteur c'est de "poser les questions clairement, de mettre le problème devant les yeux de tout le monde. C'est pas le moment de passer aux subtilités, c'est le moment pour nous de faire attention à toutes les choses qui ne vont pas dans le pays. Beaucoup d'écrivains en ce moment sont en train d'essayer d'y trouver un sens".

  • Légende du visuel principal: David Joy © Ashley Evans
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.